Les ventes conti­nuent de pro­gres­ser

La Terre de chez nous - - À SURVEILLER SUR LES MARCHÉS - PIERRE-YVON BÉGIN py­be­[email protected]­terre.ca

Par­mi toutes les pro­duc­tions agri­coles, le si­rop d’érable est certes l’un des sec­teurs qui ont le vent dans les voiles.

Après avoir en­re­gis­tré des re­cords de pro­duc­tion et de ventes en 2016, les acé­ri­cul­teurs ont toutes les rai­sons d’en­tre­voir l’ave­nir avec op­ti­misme.

Ils au­ront d’ailleurs l’heu­reux pro­blème de se par­ta­ger les 5 mil­lions d’en­tailles sup­plé­men­taires que la Régie des mar­chés agri­coles et ali­men­taires du Qué­bec leur a ac­cor­dées en juin der­nier. La Fé­dé­ra­tion des pro­duc­teurs acé- ri­coles du Qué­bec a re­çu des dos­siers re­pré­sen­tant plus du double du nombre d’en­tailles of­fertes. « C’est signe qu’il y a de l’in­té­rêt pour notre pro­duc­tion », se ré­jouit le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion, Serge Beau­lieu.

La progression des ex­por­ta­tions, plus de 10 % entre 2014 et 2015, laisse croire que la crois­sance des ventes va se main­te­nir au cours des pro­chains mois, et le Qué­bec veut conser­ver ses parts de mar­ché. « Nous pen­sons qu’il y a de la place pour tout le monde, a ré­cem­ment pré­ci­sé Si­mon Tré­pa­nier, directeur gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion, au cours de sa tour­née au­tom­nale des ré­gions. Les Amé­ri­cains se sont ré­veillés en 2010. Il est in­té­res­sant de voir que les mar­chés se di­ver­si­fient. » Des ef­forts ont été no­tam­ment dé­ployés au Royaume-Uni et en Inde afin de sti­mu­ler les ex­por­ta­tions.

Marge des trans­for­ma­teurs

Dès cette se­maine, les pro­duc­teurs en­ta­me­ront des dis­cus­sions avec le Con­seil de l’in­dus­trie de l’érable pour le re­nou­vel­le­ment de la Con­ven­tion de mise en mar­ché. Le pré­sident du Con­seil, Eliott Le­vas­seur, constate avec plai­sir que les ventes de si­rop sont bonnes. « Ce qu’on voit tou­te­fois, ana­lyse-t-il, c’est que les marges bé­né­fi­ciaires des trans­for­ma­teurs sont ré­duites consi­dé­ra­ble­ment. »

Le pré­sident du Con­seil rap­pelle que l’ob­jec­tif pre­mier des trans­for­ma­teurs est de vendre du si­rop. Il dit être « squee­zé » entre l’idée d’en­cou­ra­ger le dé­ve­lop­pe­ment de l’in­dus­trie au Qué­bec et les exi­gences du mar­ché. « On peut par­ler de qua­li­té, concède-t-il, mais nos clients en re­viennent tou­jours à la ques­tion : “Quel est le prix?” »

« On veut par­ler du par­tage du risque, ajoute-t-il. Ça va prendre un équi­libre et un peu de jeu pour les trans­for­ma­teurs. »

Sur les mar­chés d’ex­por­ta­tion, ce­lui qui est aus­si pré­sident de De­ca­cer dit main­te­nant croi­ser des concur­rents amé­ri­cains, ce qu’il n’avait ja­mais vu au­pa­ra­vant. De même, il ad­met que plu­sieurs trans­for­ma­teurs « re­gardent » de plus en plus vers les États-Unis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.