110 de­mandes d’aide en un an

La Terre de chez nous - - BIEN-ÊTRE ANIMAL - MY­RIAM LA­PLANTE EL HAÏLI

GA­TI­NEAU — Lors­qu’on lui de­mande de dres­ser le por­trait de sa pre­mière an­née en poste, la tra­vailleuse de rang af­fec­tée à la ré­gion des Lau­ren­tides, Meg De­lisle, livre un bi­lan « mal­heu­reu­se­ment po­si­tif ».

« J’ai re­çu 110 de­mandes d’aide en un an et seule­ment pour le mois de sep­tembre, il y en a eu 27. C’est presque une de­mande par jour », pré­cise l’in­ter­ve­nante, dont le man­dat est d’of­frir sou­tien et ac­com­pa­gne­ment aux pro­duc­teurs en dé­tresse, à leurs fa­milles et à tous ceux qui gra­vitent au­tour de la ferme.

Le be­soin est là

Lorsque Meg De­lisle a ex­pli­qué qu’elle avait vi­si­té 230 fermes dans la der­nière an­née, sans comp­ter celles où elle était re­tour­née pour faire un sui­vi, les pro­duc­teurs de la ré­gion Ou­taouaisLau­ren­tides réunis à Ga­ti­neau pour leur as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle ont vi­ve­ment ré­agi. Cer­tains ont qua­li­fié ces chiffres « d’énormes » pour une ré­gion (Lau­ren­tides uni­que­ment) qui compte 1 262 en­tre­prises agri­coles et 1 811 pro­duc­teurs. « Les chiffres men­tion­nés m’ont fait fris­son­ner. Je n’au­rais ja­mais pen­sé qu’il y avait au­tant de per­sonnes qui avaient be­soin d’ex­per­tise », com­mente le pre­mier vice-pré­sident de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles, Pierre Le­mieux.

Ini­tia­tives

« Par­ler de san­té psy­cho­lo­gique et dif­fu­ser de l’in­for­ma­tion sur ce su­jet est au coeur de notre stra­té­gie », dit le di­rec­teur ré­gio­nal de la Fé­dé­ra­tion de l’UPA d’Ou­taouais-Lau­ren­tides, Re­né Le­doux. Après le fo­rum pro­vin­cial sur la san­té psy­cho­lo­gique des agri­cul­teurs qui s’est te­nu en avril der­nier, la Fé­dé­ra­tion s’est do­tée d’un co­mi­té. Pro­duc­teurs, tra­vailleur de rang, re­pré­sen­tants d’un centre de pré­ven­tion du sui­cide et in­ter­ve­nants du mi­lieu de la san­té (Centres in­té­grés de san­té et de ser­vices so­ciaux de La­val, des Lau­ren­tides et de l’Ou­taouais) se sont don­né trois ob­jec­tifs pour faire avan­cer la cause des agri­cul­teurs. Con­crè­te­ment, ils ont im­pri­mé un dé­pliant ex­pli­quant la réa­li­té agri­cole aux in­ter­ve­nants du mi­lieu de la san­té et des ser­vices so­ciaux, avec l’es­poir qu’ils adaptent leurs fa­çons d’in­ter­ve­nir pour « être en me­sure de bien re­joindre notre com­mu­nau­té », rap­porte la di­rec­trice du centre d’em­ploi agri­cole et res­pon­sable du dos­sier psy­cho­lo­gique à la Fé­dé­ra­tion, Émi­lie Ca­ron. Le co­mi­té se donne éga­le­ment l’ob­jec­tif de créer un ré­seau de sen­ti­nelles et de faire connaître aux pro­duc­teurs les res­sources dis­po­nibles.

De son cô­té, Meg De­lisle tente de dé­ve­lop­per des par­te­na­riats avec des psy­cho­logues de sa ré­gion. « Dans un bu­reau de 11 psy­cho­logues, je me suis en­ten­due avec 3 d’entre eux pour qu’ils fac­turent un ta­rif de 60 $/h aux agri­cul­teurs au lieu de 100 $/h, étant don­né que les pro­duc­teurs ont ra­re­ment des as­su­rances. »

La tra­vailleuse de rang Meg De­lisle fait le bi­lan des in­ter­ven­tions qu’elle a me­nées au cou­rant de la der­nière an­née au­près des pro­duc­teurs de la ré­gion des Lau­ren­tides.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.