Haï­ti : mon­dia­li­ser notre so­li­da­ri­té

La Terre de chez nous - - ÉDITORIAL - MAR­CEL GRO­LEAU Pré­sident gé­né­ral de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles

Le pas­sage de l’ou­ra­gan Mat­thew sur le sud d’Haï­ti, le 4 oc­tobre der­nier, est une vé­ri­table ca­tas­trophe. Se­lon le der­nier bi­lan of­fi­ciel, près de 550 per­sonnes ont per­du la vie, plus de 175 000 sont sans lo­ge­ment et quelque 800 000 n’ont plus rien à man­ger. Les au­to­ri­tés haï­tiennes éva­luent le mon­tant des dé­gâts et des pertes éco­no­miques à en­vi­ron 2 G$, soit 20 % du pro­duit in­té­rieur brut du pays. Le sec­teur agri­cole, à lui seul, a su­bi des pertes d’en­vi­ron 600 M$. Pour le pays le plus pauvre des Ca­raïbes, c’est un dé­sastre sans nom. UPA Dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal (UPA DI) par­ti­cipe de­puis 2009, avec des par­te­naires lo­caux et in­ter­na­tio­naux, à des pro­jets struc­tu­rants dans la ré­gion de La­brousse. Dans un pre­mier temps, il y a eu la construc­tion de 22 hec­tares de ter­rasses pour amé­lio­rer la pro­duc­tion agri­cole et la conser­va­tion des sols. L’ex-pré­sident de l’Union, Ch­ris­tian La­casse, a eu l’oc­ca­sion d’ac­com­pa­gner UPA DI en Haï­ti pour vi­si­ter la ré­gion et les tra­vaux en cours. Il est re­ve­nu im­pres­sion­né de ce voyage, tant par la cha­leur et l’ac­cueil des Haï­tiens que par l’am­pleur des tra­vaux réa­li­sés. Fait im­por­tant, les ter­rasses ont ré­sis­té à l’ou­ra­gan et aux fortes pluies. Tout n’est donc pas per­du. De­puis 2013, tou­jours à La­brousse, UPA DI col­la­bore aus­si à un pro­jet com­plé­men­taire : la mise en place de cui­sines col­lec­tives qui ap­pro­vi­sionnent des can­tines sco­laires en uti­li­sant des pro­duits agri­coles lo­caux. Cette éco­no­mie est dite cir­cu­laire. La pro­duc­tion agri­cole ali­mente les cui­sines col­lec­tives qui, à leur tour, ap­pro­vi­sionnent les can­tines sco­laires, ce qui pro­cure des re­ve­nus aux agri­cul­teurs, dé­ve­loppe le sens des af­faires des femmes qui tra­vaillent dans ces cui­sines, et as­sure au moins un re­pas de qua­li­té par jour aux en­fants qui fré­quentent l’école. Les ré­sul­tats sont élo­quents : 45 000 per­sonnes vivent à La­brousse. Bien sûr, on est loin de l’en­ver­gure d’en­tentes comme l’Ac­cord éco­no­mique et com­mer­cial glo­bal entre le Ca­na­da et l’Union eu­ro­péenne ou le Par­te­na­riat trans­pa­ci­fique et de toutes leurs pro­messes. La mise en place de ce cir­cuit lo­cal de pro­duc­tion et de consom­ma­tion fait tou­te­fois une dif­fé­rence énorme pour les mil­liers de per­sonnes qui par­ti­cipent à ce pro­jet col­lec­tif ou qui en bé­né­fi­cient. Mal­heu­reu­se­ment, l’ou­ra­gan Mat­thew a cau­sé des dom­mages im­por­tants : 70 % du chep­tel a été dé­ci­mé, les ré­coltes sont dé­truites et les ha­bi­tants ont per­du leur mai­son. Les ter­rasses ont ré­sis­té, mais tout le reste est à re­cons­truire. UPA DI est sur un pied d’alerte de­puis le pas­sage de l’ou­ra­gan. Nos in­ter­ve­nants sur place nous rap­portent l’évo­lu­tion de la si­tua­tion. Les gens font preuve d’un cou­rage in­croyable. Mais le cou­rage à lui seul ne pour­ra pas ve­nir à bout de ce dé­sastre. Ils ont be­soin de nous. C’est donc par le biais de la Fon­da­tion de la fa­mille ter­rienne qu’UPA DI a lan­cé une col­lecte de fonds pour ve­nir en aide aux si­nis­trés. La Fon­da­tion y est al­lée d’une contri­bu­tion de 5 000 $, tout comme Les Pro­duc­teurs de lait du Québec. Les dons amas­sés au Pe­tit dé­jeu­ner des Grands hon­neurs, lors du pro­chain Con­grès gé­né­ral de l’Union, se­ront ajou­tés à la col­lecte de fonds. UPA DI or­ga­nise aus­si une cor­vée, du 5 au 15 dé­cembre, pour four­nir une aide di­recte. Une quin­zaine de per­sonnes se ren­dront sur place pour ai­der à la re­cons­truc­tion des in­fra­struc­tures. C’est un geste concret de so­li­da­ri­té hu­maine. Plus de 15 000 $ ont été amas­sés jus­qu’à main­te­nant. À titre de pré­sident d’UPA DI, je re­mer­cie les nom­breux do­na­teurs qui se sont dé­jà ma­ni­fes­tés et je vous in­vite à faire votre contri­bu­tion. Il vous suf­fit de trans­mettre votre don par chèque à la Fon­da­tion de la fa­mille ter­rienne, au 555, bou­le­vard Ro­land-Ther­rien, bu­reau 100, Lon­gueuil (Québec) J4H 3Y9. N’ou­bliez pas de men­tion­ner Haï­ti. Un re­çu fis­cal vous se­ra dé­li­vré. On parle beau­coup de mon­dia­li­sa­tion. La mon­dia­li­sa­tion de la so­li­da­ri­té se­ra de plus en plus né­ces­saire et in­con­tour­nable de­vant les énormes dé­fis aux­quels se­ra confron­tée l’hu­ma­ni­té. Pen­sons à un meilleur par­tage des ri­chesses, à l’ac­cès à l’édu­ca­tion et au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Ces pro­blèmes exi­ge­ront d’agir col­lec­ti­ve­ment. Fai­sons un pre­mier pas en ce sens vers les gens de La­brousse en Haï­ti.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.