Im­po­sant glis­se­ment de ter­rain

La Terre de chez nous - - FAIT DIVERS - YVES CHARLEBOIS

Le pro­duc­teur de bo­vins de bou­che­rie Luc Normandin, du rang Saint-Jo­seph Ouest à Saint-Luc-de-Vin­cennes, a vé­cu de fortes émo­tions lors d’un mou­ve­ment de sol de la taille d’un ter­rain de ba­se­ball, tout juste der­rière sa mai­son et son étable, le mer­cre­di 9 no­vembre, vers 23 h 30. De fait, une bande de terre d’en­vi­ron 180 m de large et d’une pro­fon­deur al­lant jus­qu’à 10 m s’est en­fon­cée dans la ri­vière Champlain.

Le di­rec­teur de la sé­cu­ri­té ci­vile Sé­bas­tien Doire a or­don­né l’éva­cua­tion de trois mai­sons, dont celle de M. Normandin et de deux de ses em­ployés.

« Nous avons des in­gé­nieurs sur place pour nous as­su­rer que le sol s’est sta­bi­li­sé afin de pré­ve­nir les risques pour la sé­cu­ri­té des hu­mains et des ani­maux », a men­tion­né M. Doire, le 11 no­vembre. En­vi­ron 70 bo­vins étaient au pâ­tu­rage et n’ont pas été af­fec­tés. D’autres bêtes se trou­vaient aus­si dans la grange.

Les deux em­ployés de M. Normandin ont pu ré­in­té­grer leur mai­son. Au mo­ment d’écrire ces lignes, on s’at­ten­dait à ce que ce­lui-ci puisse faire de même.

En 1986, le rang SaintJo­seph Ouest avait été af­fec­té par un évé­ne­ment de pa­reille na­ture.

Le maire de la mu­ni­ci­pa­li­té, Jean-Claude Mi­lot, ra­conte que M. Normandin, qui a été un em­ployé de la mu­ni­ci­pa­li­té pen­dant 30 ans, au­rait per­du une soixan­taine de balles de foin rondes lors du glis­se­ment de ter­rain. Il a ob­te­nu de l’aide d’un autre agri­cul­teur qui lui a of­fert du foin.

Se­lon le maire, les terres de sa mu­ni­ci­pa­li­té sont su­jettes à ce genre de phé­no­mène en rai­son de la pré­sence de glaise et de sable. En 1986, le rang Saint-Jo­seph Ouest avait été af­fec­té par un évé­ne­ment de pa­reille na­ture. « Dans les an­nées 1880, la mai­son d’une fa­mille a été em­por­tée et il y a eu plu­sieurs morts. Un mou­ve­ment de sol est aus­si sur­ve­nu il y a plu­sieurs an­nées sur une par­tie du ter­rain du ci­me­tière où il n’y avait pas de sé­pul­tures », re­late M. Mi­lot.

Une por­tion du rang Saint-Jo­seph Ouest a été fer­mée, le temps d’ana­ly­ser la si­tua­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.