LE MI­NISTRE DÉ­CHU

Pierre Pa­ra­dis a été dé­mis de ses fonc­tions après qu’on eut ap­pris qu’il était sous en­quête po­li­cière. Un mi­nistre res­pec­té, Laurent Les­sard, prend la re­lève...

La Terre de chez nous - - LA UNE - PIERRE-YVON BÉGIN

Même s’il a ex­clu Pierre Pa­ra­dis du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, le pre­mier mi­nistre du Qué­bec main­tient la ré­forme du Pro­gramme de cré­dit de taxes fon­cières agri­coles, du moins jus­qu’au pro­chain bud­get.

« Des ques­tions fis­cales se rec­ti­fient, se cor­rigent ou s’an­noncent lors d’un bud­get », a af­fir­mé Phi­lippe Couillard ven­dre­di der­nier en confé­rence de presse à Mon­tréal. Pierre Pa­ra­dis a été re­le­vé de ses fonc­tions de doyen du Par­ti li­bé­ral à la suite de l’ou­ver­ture d’une en­quête cri­mi­nelle par la Sû­re­té du Qué­bec. Le pre­mier mi­nistre a confir­mé que son ca­bi­net avait re­çu le 26 jan­vier la lettre d’une pré­su­mée vic­time, une em­ployée du ca­bi­net de l’ex-mi­nistre.

« On a agi im­mé­dia­te­ment », s’est dé­fen­du le pre­mier mi­nistre, sou­li­gnant que Pierre Pa­ra­dis, le mi­nistre dé­chu, n’était pas en­core l’ob­jet d’ac­cu­sa­tions for­melles. Phi­lippe Couillard s’est aus­si dis­tan­cé de son ex-mi­nistre. Pierre Pa­ra­dis, note-t-il, a lui-même in­vo­qué une com­mo­tion cé­ré­brale à la suite d’un ac­ci­dent d’équi­ta­tion pour ex­pli­quer son re­trait.

« Ce n’est pas la rai­son pour la­quelle on lui a de­man­dé mer­cre­di [25 jan­vier] de se re­ti­rer du Conseil des mi­nistres dans un pre­mier temps », a spé­ci­fié Phi­lippe Couillard. Ce­lui-ci a aus­si pré­ci­sé que c’est ce mer­cre­di que son ca­bi­net a re­çu la lettre de la pré­su­mée vic­time. S’il a at­ten­du le len­de­main pour ren­voyer son mi­nistre, in­dique-t-il, c’est que cette in­for­ma­tion de­vait d’abord être va­li­dée au­près de la Sû­re­té du Qué­bec.

Phi­lippe Couillard a confir­mé que Pierre Pa­ra­dis avait bien su­bi une com­mo­tion cé­ré­brale et qu’il re­ce­vait des soins mé­di­caux.

Homme d’ex­pé­rience

Phi­lippe Couillard semble heu­reux de pou­voir comp­ter sur « un homme d’ex­pé­rience » pour prendre la re­lève à l’Agri­cul­ture. En ce qui concerne la ré­forme du Pro­gramme de cré­dit de taxes fon­cières agri­coles (PCTFA), il pré­cise que Laurent Les­sard va ren­con­trer l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA). À la lu­mière du rap­port du fis­ca­liste Luc God­bout – « une per­sonne ex­té­rieure et in­dé­pen­dante », ajoute-t-il –, le mi­nistre Les­sard au­ra tout le temps d’agir avant le pro­chain bud­get.

En ré­ponse à la me­nace de fer­me­ture des sen­tiers de mo­to­neige, il in­voque main­te­nant une « am­biance de dia­logue et d’ou­ver­ture » ain­si que la pu­bli­ca­tion pro­chaine du rap­port God­bout. « J’en­cou­rage l’UPA à faire preuve éga­le­ment d’ou­ver­ture, dé­clare-t-il, et à ne pas pé­na­li­ser les ci­toyens ni les en­tre­prises. La mo­to­neige, c’est im­por­tant. »

Au su­jet de la ré­forme du Pro­gramme, le mi­nistre Laurent Les­sard dit es­sayer de com­prendre la si­tua­tion, ré­vé­lant avoir dé­jà ren­con­tré des agri­cul­teurs. « Moi, je suis pour la ré­forme à la con­di­tion qu’il n’y ait pas de choc ta­ri­faire, dé­clare-t-il. Je ne pense pas qu’on est à l’étape de mettre la ré­forme sur la glace. »

En fa­veur de cette ré­forme avant les fêtes par so­li­da­ri­té mi­nis­té­rielle, dit-il, il la pré­co­nise en­core « à la con­di­tion qu’on s’en­tende et qu’on com­prenne bien les chiffres et les im­pli­ca­tions ».

Le nou­veau mi­nistre en­tend pré­co­ni­ser le dia­logue afin de « ré­duire les im­pacts né­ga­tifs ». « C’est de bâ­tir des ponts avec les Fi­nances, l’UPA et les mu­ni­ci­pa­li­tés », af­firme-t-il à pro­pos de son ap­proche du dos­sier.

En point de presse ven­dre­di der­nier avec le maire de Mont­réal, le pre­mier mi­nistre du Qué­bec, Phi­lippe Couillard.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.