Un rè­gle­ment après 9 jours!

La Terre de chez nous - - LA UNE - MAR­TIN MÉNARD mme­[email protected]­terre.ca

Neuf jours au­ront suf­fi au mi­nistre Les­sard pour aban­don­ner la ré­forme du Pro­gramme de cré­dit de taxes fon­cières agri­coles. Les confron­ta­tions avec l’ex-mi­nistre Pa­ra­dis du­raient de­puis presque 10 mois.

En seule­ment neuf jours, le nou­veau mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Laurent Les­sard, a ré­ta­bli les com­mu­ni­ca­tions avec l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) et mis fin au conflit as­so­cié à la ré­forme du Pro­gramme de cré­dit de taxes fon­cières agri­coles. L’an­nonce en a été faite le 3 fé­vrier, par le mi­nistre, à la sor­tie du cau­cus li­bé­ral, à Qué­bec.

Les mo­to­nei­gistes n’ont pas été les seuls à pous­ser un sou­pir de sou­la­ge­ment. Le pré­sident de l’UPA, Mar­cel Gro­leau, s’est dit heu­reux du dé­noue­ment, sa­luant la col­la­bo­ra­tion du nou­veau mi­nistre. « Le climat de confron­ta­tion au­rait conti­nué avec M. Pa­ra­dis, tan­dis qu’avec M. Les­sard, nous avons pu éta­blir une nou­velle re­la­tion, me­nant à de meilleurs échanges », a com­men­té M. Gro­leau, quelques mi­nutes après l’an­nonce du re­cul du gou­ver­ne­ment li­bé­ral.

Le pré­sident de l’UPA es­père que Laurent Les­sard de­meu­ra aux com­mandes du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture afin que son « es­prit col­la­bo­ra­tif » puisse faire pro­gres­ser d’autres dos­siers liés à La Fi­nan­cière agri­cole, au pro­chain bud­get, au Som­met sur l’ali­men­ta­tion, etc.

Ré­forme mal pla­ni­fiée

Les né­go­cia­tions n’ont pas traî­né avec le nou­veau mi­nistre. « Nos de­mandes étaient très rai­son­nables, juge Mar­cel Gro­leau. Aus­si, nos chances de ga­gner l’in­jonc­tion que nous avions en­voyée au gou­ver­ne­ment étaient ex­cel­lentes. En fin de compte, le gou­ver­ne­ment s’est dit qu’il ne va­lait pas la peine de te­nir tête au mi­lieu agri­cole pour une ré­forme qui, d’évi­dence, avait été mal pla­ni­fiée, mal cal­cu­lée et mal éva­luée. »

L’aban­don de la ré­forme du Pro­gramme de cré­dit de taxes fon­cières agri­coles si­gni­fie que le pro­gramme de rem­bour­se­ment de taxes se­ra ap­pli­qué comme il l’est de­puis 2007. Se­lon l’UPA, les mu­ni­ci­pa­li­tés re­ce­vront un nou­veau cal­cul des cré­dits et ajus­te­ront le compte de taxes fon­cières en consé­quence pour les pro­duc­teurs.

Encore du pain sur la planche

Le gou­ver­ne­ment n’a ce­pen­dant pas an­non­cé, comme le sou­hai­tait l’UPA, la créa­tion d’une table qui réuni­rait dif­fé­rents in­ter­ve­nants, dont l’UPA, la Fé­dé­ra­tion qué­bé­coise des mu­ni­ci­pa­li­tés et les mi­nis­tères concer­nés, afin de trou­ver des so­lu­tions durables à la fis­ca­li­té fon­cière agri­cole. Cette table est né­ces­saire, se­lon le pré­sident, car l’aug­men­ta­tion du far­deau fis­cal est réelle, en rai­son no­tam­ment de la hausse de la va­leur des terres et du mode d’éva­lua­tion uti­li­sé par les mu­ni­ci­pa­li­tés.

La Co­op fé­dé­rée s’est mon­trée en fa­veur de la créa­tion d’une telle table. Se­lon son pré­sident, Ghis­lain Ger­vais, il im­porte pour le Qué­bec de de­meu­rer com­pé­ti­tif en re­gard de ses voi­sins comme l’On­ta­rio. Il croit qu’il y a un rat­tra­page à faire en ma­tière de taxa­tion, et a sug­gé­ré d’éche­lon­ner une éven­tuelle aug­men­ta­tion sur quelques an­nées. À titre d’exemple, a-t-il dit, la taxa­tion ac­tuelle ne tient pas compte des va­leurs agro­no­mique et éco­no­mique des terres agri­coles.

Le mi­nistre de l’Agri­cul­ture Laurent Les­sard est en poste de­puis le 25 jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.