Les po­mi­cul­teurs pré­oc­cu­pés par la hausse du sa­laire mi­ni­mum

La Terre de chez nous - - ASSEMBLÉE - ARIANEA DESROCHERS

LA PRAI­RIE — La hausse du sa­laire mi­ni­mum de 50 cents, qui en­tre­ra en vi­gueur le 1er mai, fe­ra encore plus mal au sec­teur hor­ti­cole que les mo­di­fi­ca­tions au Pro­gramme de cré­dit de taxes fon­cières agri­coles. « J’ai fait le cal­cul et pour deux de mes ver­gers, l’im­pact va être de 1 900 $ de plus en taxes, alors que l’an­nonce des 50 cents va me coû­ter de 13 000 à 14 000 $ », a in­di­qué le po­mi­cul­teur Dean Thom­son, de Saint-Paul-d’Ab­bots­ford, lors de l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle (AGA) des Pro­duc­teurs de pommes du Qué­bec (PPQ), le 26 jan­vier.

M. Thom­son a pro­fi­té de la pré­sence du pré­sident gé­né­ral de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA), Mar­cel Gro­leau, pour sug­gé­rer de mé­na­ger le ca­pi­tal de sym­pa­thie du pu­blic. « Ce n’est pas parce qu’on aban­don­ne­rait le dos­sier des taxes que le pu­blic au­rait une meilleure écoute en ce qui concerne le sa­laire mi­ni­mum », a ré­pon­du M. Gro­leau, qui a tout de même pro­mis de ne pas né­gli­ger cet en­jeu.

L’ASRA, encore

Avant d’être re­je­tée, la ré­so­lu­tion de­man­dant un nou­veau vote sur l’ave­nir du Pro­gramme d’as­su­rance sta­bi­li­sa­tion des re­ve­nus agri­coles (ASRA) a ani­mé les dis­cus­sions pen­dant de longues mi­nutes. Rap­pe­lons qu’avec 68 % de participation, le vote a pen­ché en fa­veur du main­tien de l’ASRA à 55 %, alors que 45 % sou­hai­taient son aban­don au pro­fit des pro­grammes Agri. Éric Ro­chon a mis en garde ses confrères contre le dan­ger de ré­cla­mer un autre vote chaque fois qu’une dé­ci­sion fait des mé­con­tents.

La ré­so­lu­tion a été re­je­tée après que des po­mi­cul­teurs eurent sou­li­gné le trop pe­tit nombre de pro­duc­teurs – une tren­taine – pré­sents à l’AGA. En va­cances au mo­ment de la ren­contre, le po­mi­cul­teur De­nis Char­bon­neau a contac­té la Terre à son re­tour pour s’in­di­gner. « On laisse 2 M$ sur la table. Ça n’a pas de sens! » Il pré­tend que les pro­duc­teurs à gros vo­lume se sont dés­in­té­res­sés de leur fé­dé­ra­tion, tout comme lui.

Lors de son al­lo­cu­tion, la pré­si­dente Sté­pha­nie Le­vas­seur a jus­te­ment dé­plo­ré le manque d’in­té­rêt pour les ac­ti­vi­tés syn­di­cales de l’or­ga­ni­sa­tion, pre­nant bien soin de pré­ci­ser qu’il s’agit d’une si­tua­tion gé­né­ra­li­sée à l’en­semble de la so­cié­té. « Il y a une di­vi­sion, mais je ne pense pas que ce soit lié aux gros ou aux pe­tits pro­duc­teurs », a-t-elle af­fir­mé à la Terre, en ré­ac­tion aux pro­pos de M. Char­bon­neau.

La pré­si­dente des Pro­duc­teurs de pommes, Sté­pha­nie Le­vas­seur, sou­haite pour­suivre les ef­forts pour re­trou­ver l’ac­cès aux pro­grammes Agri.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.