Divorce chez les pro­duc­teurs de chèvres

La Terre de chez nous - - SYNDICALISME - JU­LIE MER­CIER

DRUMMONDVILLE — Les pro­duc­teurs de chèvres lai­tières et de bou­che­rie mettent fin à une co­ha­bi­ta­tion dif­fi­cile et partent cha­cun de leur cô­té. Les éle­veurs lai­tiers conser­ve­ront l’ad­mi­nis­tra­tion du Syn­di­cat des pro­duc­teurs de chèvres du Qué­bec (SPCQ) et du plan conjoint. Lors de l’as­sem­blée an­nuelle du SPCQ en no­vembre der­nier, l’adop­tion d’une contri­bu­tion an­nuelle de 300 $ avait dé­clen­ché les hos­ti­li­tés entre les pro­duc­teurs ca­prins des sec­teurs lai­tier et bou­che­rie. Les membres du Syn­di­cat avaient alors man­da­té un co­mi­té de tra­vail com­po­sé de six éle­veurs afin d’éta­blir dif­fé­rents scé­na­rios sur l’ave­nir de leur or­ga­ni­sa­tion. Le 3 avril der­nier, en as­sem­blée gé­né­rale extraordinaire, le co­mi­té a pré­sen­té ses conclu­sions, dont celle de mettre fin à l’as­so­cia­tion des trois sec­teurs de pro­duc­tion – le lait, la bou­che­rie et le mo­hair – au sein du SPCQ. Puisque les pro­duc­teurs de lait pos­sèdent une conven­tion de mise en mar­ché, le co­mi­té re­com­man­dait que le Syn­di­cat et le plan conjoint soient ad­mi­nis­trés par le sec­teur lai­tier. Après dis­cus­sion, les pro­duc­teurs pré­sents à l’as­sem­blée ont ac­cep­té ce divorce.

Pro­duits vi­sés

Le plan conjoint de­vait éga­le­ment être mo­di­fié afin que les pro­duits vi­sés ne concernent que le lait de chèvre et ses dé­ri­vés. Cette der­nière re­com­man­da­tion a été vi­ve­ment dé­bat­tue. « Ça veut dire que nos che­vreaux et nos chèvres de ré­forme se­raient contrô­lés par les pro­duc­teurs de bou­che­rie? C’est ce qu’on a tou­jours vou­lu évi­ter », a fait va­loir Fa­bio­la Clair, du sec­teur lai­tier. Elle a plu­tôt sug­gé­ré d’in­clure les che­vreaux et les chèvres de ré­forme dans les pro­duits vi­sés. « Les che­vreaux et les chèvres de ré­forme, ç’a tou­jours été une dis­cus­sion hou­leuse. On vous de­mande de nous lais­ser par­tir. S’ils font par­tie de l’en­tente, ça ne fonc­tionne plus », a in­sis­té Guillaume Bou­chard, du sec­teur bou­che­rie. Au terme d’un vote se­cret, les par­ti­ci­pants à l’as­sem­blée ont dé­ci­dé de li­mi­ter les pro­duits vi­sés au lait et ses dé­ri­vés. « Il n’y a rien qui nous em­pêche d’or­ga­ni­ser col­lec­ti­ve­ment la mise en mar­ché des chèvres de ré­forme sans plan conjoint », a fait va­loir le pré­sident du Syn­di­cat, Ch­ris­tian Du­bé.

Les éle­veurs ont éga­le­ment ap­prou­vé le chan­ge­ment de nom du Syn­di­cat pour les Pro­duc­teurs de lait de chèvre du Qué­bec (PLCQ) et ont ap­prou­vé à l’una­ni­mi­té les mo­di­fi­ca­tions aux dif­fé­rents rè­gle­ments de l’or­ga­ni­sa­tion. Tous ces chan­ge­ments de­vront être ap­prou­vés par la Ré­gie des mar­chés agri­coles et ali­men­taires du Qué­bec (RMAAQ) avant d’en­trer en vi­gueur.

Les éle­veurs ca­prins des sec­teurs lait et bou­che­rie partent cha­cun de leur cô­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.