La Fé­dé­ra­tion doit se ré­in­ven­ter

La Terre de chez nous - - GRANDS GIBIERS - MARTIN MÉ­NARD

Les coffres de la Fé­dé­ra­tion des éle­veurs de grands gi­biers du Qué­bec (FEGGQ) sont pra­ti­que­ment vides. « La fin du PAFRAD [Pro­gramme d’ap­pui fi­nan­cier aux re­grou­pe­ments et aux as­so­cia­tions de pro­duc­teurs] a fra­gi­li­sé l’ave­nir et la pé­ren­ni­té de la Fé­dé­ra­tion. Nous avons 18 mois de sur­vie fi­nan­cière. Le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de­vra y ré­flé­chir », a ré­su­mé France De Montigny, se­cré­taire gé­né­rale de la FEGGQ. Elle a te­nu ces propos quelques jours après l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de la Fé­dé­ra­tion, le 25 fé­vrier à Drummondville.

La pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion et éle­veuse de bi­sons Jo­sée Tou­pin s’in­quiète de la si­tua­tion, mais se dit en­cou­ra­gée par la mise en place d’une table sec­to­rielle qui réunit de­puis peu au­tant les éle­veurs de grands gi­biers que di­vers in­ter­ve­nants pro­ve­nant des abat­toirs, de la dis­tri­bu­tion et de la res­tau­ra­tion. Une agente de dé­ve­lop­pe­ment a été em­bau­chée pour mettre en ap­pli­ca­tion le plan d’ac­tion de la table, le tout fi­nan­cé pen­dant un an par le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture du Qué­bec. « C’est très en­cou­ra­geant de voir tout le monde as­sis à la même table. La vo­lon­té est là! Nous avons l’ob­jec­tif de concer­ter nos ef­forts afin d’aug­men­ter nos parts de mar­ché et d’être plus ef­fi­caces col­lec­ti­ve­ment [en uni­for­mi­sant les pro­duits] », in­dique Mme Tou­pin.

L’éle­veuse de bi­sons Jo­sée Tou­pin et son conjoint as­surent que les consom­ma­teurs ap­pré­cient la viande de qualité des grands gi­biers. « Le dé­fi consiste à ré­in­ven­ter la mise en mar­ché », sou­tient Mme Tou­pin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.