Le scan pour amé­lio­rer la sé­lec­tion gé­né­tique

La Terre de chez nous - - NEWS - JULIE MERCIER

La Coop fé­dé­rée compte ré­in­ven­ter la sé­lec­tion gé­né­tique à l’aide d’un CT scan (to­mo­den­si­to­gramme), un ap­pa­reil qu’on re­trouve plus fré­quem­ment dans les hô­pi­taux que dans les sta­tions d’épreuve por­cine! Cette pre­mière mon­diale se dé­roule au Bas-Saint-Laurent.

Le CT scan consiste à pro­duire des images cor­po­relles d’une grande pré­ci­sion à l’aide de rayons X. Les hô­pi­taux l’uti­lisent pour vi­sua­li­ser des ano­ma­lies non dé­tec­tables en ra­dio­lo­gie conven­tion­nelle ou en écho­gra­phie. La Coop tra­vaille ac­tuel­le­ment sur un pro­jet afin d’ap­pli­quer cette tech­nique d’ima­ge­rie mé­di­cale à la sé­lec­tion des ani­maux pur sang au som­met de la py­ra­mide gé­né­tique por­cine.

De­puis 40 ans, la sé­lec­tion des porcs s’ef­fec­tue à l’aide d’une me­sure d’ul­tra­sons entre les 3e et 4e avant-der­nières côtes. Bien qu’elle soit ba­sée sur des es­ti­ma­tions, cette mé­thode a fait ses preuves. Des an­nées 1980 jus­qu’en 2005, une meilleure sé­lec­tion d’ani­maux sur la base de la me­sure d’ul­tra­sons a per­mis de ré­duire de 40 % l’épais­seur de gras dor­sal des trois prin­ci­pales races en sé­lec­tion gé­né­tique au Qué­bec, in­diquent les chiffres du Centre de dé­ve­lop­pe­ment du porc du Qué­bec (CDPQ).

Fi­ni les ap­proxi­ma­tions!

L’ar­ri­vée du CT scan en sé­lec­tion gé­né­tique constitue une vé­ri­table ré­vo­lu­tion puisque l’ap­pa­reil per­met une me­sure pré­cise de la com­po­si­tion cor­po­relle des porcs vi­vants. « Notre pro­jet to­mo­gra­phie per­met­tra de pous­ser en­core plus loin la pré­ci­sion de notre sé­lec­tion en fonc­tion des coupes les plus payantes de nos ani­maux, a ex­pli­qué Ro­bert Bru­net, le di­rec­teur gé­né­ral de la Fi­lière por­cine co­opé­ra­tive, lors de l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de l’or­ga­ni­sa­tion. Cette pre­mière mon­diale nous per­met­tra, à par­tir d’images tri­di­men­sion­nelles, d’éva­luer cha­cune des coupes de nos su­jets, et ce, avant même la sé­lec­tion de ceux qui se re­trou­ve­ront au centre d’in­sé­mi­na­tion. »

« Main­te­nant, nous sommes ca­pables de me­su­rer le conte­nu en gras et en muscles au gramme près, a ré­vé­lé à la Terre Mar­quis Roy, di­rec­teur tech­nique à la pro­duc­tion por­cine d’Oly­mel. Ima­gi­nez un ki­lo­gramme de muscles de plus sur sept mil­lions de porcs! On crée de la ri­chesse. » La tech­nique per­met­tra aus­si d’amé­lio­rer la ren­ta­bi­li­té à la ferme grâce à une meilleure conver­sion ali­men­taire puisque le dé­pôt de gras coûte quatre fois plus cher que ce­lui des muscles, a ajou­té M. Roy.

Ce pro­jet de 3 M$ sur cinq ans a dé­bu­té au cours de l’au­tomne 2016, à la sta­tion de tes­tage dans la ré­gion de Ri­mous­ki. Pour l’ins­tant, la Coop ne compte pas élar­gir la dif­fu­sion de cette tech­nique à l’ex­té­rieur de son ré­seau, prin­ci­pa­le­ment pour des en­jeux de bio­sé­cu­ri­té, pré­cise Yvan Mar­tin, conseiller en com­mu­ni­ca­tion pour l’en­tre­prise.

« Ima­gi­nez un ki­lo­gramme de muscles de plus sur sept mil­lions de porcs! On crée de la ri­chesse. »

L’équipe res­pon­sable du pro­jet to­mo­gra­phie. De gauche à droite : Élisabeth Du­puis, Julie Cha­bot-Allard, Sé­bas­tien Ché­nard et Da­ny Na­deau.

La Coop fé­dé­rée réa­lise une pre­mière mon­diale en uti­li­sant un CT scan dans la sé­lec­tion gé­né­tique des porcs. La Coop fé­dé­rée réa­lise une pre­mière mon­diale en uti­li­sant un CT scan dans la sé­lec­tion gé­né­tique des porcs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.