Les pro­duc­teurs de boeuf brassent de grosses af­faires

La Terre de chez nous - - BOVINS - JULIE MERCIER

QUÉ­BEC — Mal­gré une chute bru­tale des prix en 2016, les éle­veurs bo­vins de la pro­vince gardent le mo­ral. Avec des ventes de 1 G$ et un ap­port éco­no­mique de 0,5 G$, ils veulent être re­con­nus à leur juste va­leur.

Après des som­mets his­to­riques en 2014-2015, les prix ont dé­grin­go­lé en 2016. « On a eu une pé­riode dif­fi­cile, mais les pro­duc­teurs n’ont ja­mais lâ­ché », a ré­su­mé le pré­sident des Pro­duc­teurs de bo­vins du Qué­bec (PBQ), Claude Viel, à l’oc­ca­sion de l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de l’or­ga­ni­sa­tion. En plus d’un nou­veau nom, les PBQ ont dé­ployé en 2016 un site Web ac­tua­li­sé et une nou­velle image de marque. « Une pe­tite ferme bo­vine dans le fond d’un rang, ça n’a pas beau­coup de poids. Mais si on ad­di­tionne toutes les fermes, c’est 6 500 em­plois! On est le 22e plus gros em­ployeur au Qué­bec de­vant Air Ca­na­da, Agro­pur et SNCLa­va­lin, a in­sis­té M. Viel. On ne se verse pas 7-8 M$ de primes et on ne va pas ca­cher de l’ar­gent dans des pa­ra­dis fis­caux. On le ré­in­ves­tit chez nous. »

Pour la cen­taine de dé­lé­gués, l’heure est main­te­nant au dé­ve­lop­pe­ment. Ils ont ain­si de­man­dé à Qué­bec de bo­ni­fier leurs ou­tils de sé­cu­ri­té du re­ve­nu et de mettre en place de nou­veaux pro­grammes pour re­lan­cer la pro­duc­tion bo­vine. Ils ont de plus ré­cla­mé plu­sieurs mo­di­fi­ca­tions à l’as­su­rance sta­bi­li­sa­tion des re­ve­nus agri­coles telles que la fin de la mo­du­la­tion de la prime, la ré­in­tro­duc­tion des contri­bu­tions pro­mo­tion et re­cherche dans le coût de pro­duc­tion et la ré­ac­tua­li­sa­tion du sa­laire de l’ou­vrier spé­cia­li­sé.

Pré­oc­cu­pa­tions

Les pro­duc­teurs se sont mon­trés in­quiets de la pro­pa­ga­tion de la Sal­mo­nel­la Du­blin, une ma­la­die conta­gieuse en pro­duc­tion bo­vine. Tout au long de la der­nière an­née, ils ont en­tre­pris des ac­ti­vi­tés de sen­si­bi­li­sa­tion à la bio­sé­cu­ri­té. Ils veulent main­te­nant que le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture du Qué­bec s’in­ves­tisse dans le contrôle de cette bac­té­rie pa­tho­gène.

La ré­ci­pro­ci­té des normes a éga­le­ment oc­cu­pé le plan­cher de l’as­sem­blée. Les dé­lé­gués ont ré­cla­mé aux deux pa­liers de gou­ver­ne­ment l’équi­va­lence des normes pour les im­por­ta­tions ain­si qu’un meilleur contrôle aux fron­tières en vue de l’en­trée en vi­gueur de l’Ac­cord de libre-échange avec l’Union eu­ro­péenne. L’ar­ri­vée de viande d’Eu­rope, où l’usage de cer­tains an­ti­mi­cro­biens confère un avan­tage, pré­oc­cupe les éle­veurs qué­bé­cois de veaux lourds. « Nous nous sommes fait im­po­ser des normes très strictes. Au­jourd’hui, il faut s’en ser­vir pour vendre notre pro­duit », a sou­le­vé Claude Viel. Le pro­jet Boeuf Qué­bec, ini­tié par la So­cié­té des parcs d’en­grais­se­ment du Qué­bec, mise d’ailleurs sur ces atouts.

Veaux

Des éle­veurs de veaux d’em­bouche ont te­nu à rap­pe­ler que ce sont eux qui ont lan­cé l’idée d’un boeuf 100 % Qué­bec il y a une di­zaine d’an­nées. Ils sou­haitent au­jourd’hui que tous les ani­maux de la fi­lière Boeuf Qué­bec soient nés et éle­vés dans la Belle Pro­vince. De leur cô­té, les pro­duc­teurs de veaux de grain et de lait ont ré­cla­mé, deux fois plu­tôt qu’une, une amé­lio­ra­tion de la qua­li­té des pe­tits veaux lai­tiers, leur ma­tière pre­mière. Ils de­mandent que ceux-ci soient mis en mar­ché à un âge mi­ni­mum de 14 jours. Pour leur part, leurs confrères du sec­teur des bo­vins de ré­forme sou­haitent s’en­tendre sur une ap­proche « ac­cep­table et ap­pli­cable pour dé­ter­mi­ner si un veau lai­tier est apte à la com­mer­cia­li­sa­tion, en fai­sant abs­trac­tion de l’âge ».

« On a eu une pé­riode dif­fi­cile, mais les pro­duc­teurs n’ont ja­mais lâ­ché. »

– Claude Viel

Les Pro­duc­teurs de bo­vins du Qué­bec ont dé­ci­dé de par­ler po­si­ti­ve­ment de leur in­dus­trie.

Pour la cen­taine de dé­lé­gués, l’heure est main­te­nant au dé­ve­lop­pe­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.