Une op­tion d’achat dé­po­sée par le Port de Qué­bec

La Terre de chez nous - - TERRES EXPROPRIÉES POUR RABASKA - THIER­RY LARI­VIÈRE

Le Port de Qué­bec a si­gné une op­tion d’achat pour les terres de Ra­bas­ka, ce qui em­pê­che­rait la ré­tro­ces­sion pré­vue aux agri­cul­teurs en cas d’échec du port mé­tha­nier. L’op­tion d’achat donne cinq ans au Port pour agir. Elle a été an­non­cée en con­fé­rence de presse le 13 avril.

La Fé­dé­ra­tion de l’UPA de la Chau­dière-Ap­pa­laches a ma­ni­fes­té son désac­cord avec ce nou­vel usage des terres en­vi­sa­gé par le Port. « Une chose est claire au­jourd’hui : Ra­bas­ka ne réa­li­se­ra pas son pro­jet de port mé­tha­nier. Nous sommes donc dé­çus que l’en­tre­prise ne res­pecte pas l’es­prit de l’ad­den­da si­gné en 2013 », a af­fir­mé Paul Doyon, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion. L’ad­den­da entre l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) et Ra­bas­ka pré­voyait en ef­fet une dé­marche au­près du gou­ver­ne­ment pour ré­in­tro­duire les terres en zone verte si le pro­jet mé­tha­nier ne se réa­li­sait pas.

Mal­gré le dé­cret gou­ver­ne­men­tal pour per­mettre l’ex­pro­pria­tion de ces 272 hec­tares en 2007, les pro­duc­teurs comp­taient sur cette en­tente pour conti­nuer à culti­ver et pour pos­si­ble­ment ré­cu­pé­rer leurs terres.

Ru­meurs de­puis l’au­tomne

Les ru­meurs d’un pro­jet du Port de Qué­bec sur les terres des­ti­nées à Ra­bas­ka cir­cu­laient de­puis l’au­tomne der­nier. Charles Pa­quet, pré­sident du Syn­di­cat de l’UPA de Lé­vis, avait alors men­tion­né à la Terre n’être « ja­mais chaud à l’idée » d’uti­li­ser de bons sols agri­coles à des fins de dé­ve­lop­pe­ment in­dus­triel.

L’avis de la Com­mis­sion de pro­tec­tion du ter­ri­toire agri­cole du Qué­bec (CPTAQ) sur le pro­jet Ra­bas­ka, dont on n’avait pas te­nu compte en 2007, es­ti­mait la perte to­tale à 500 hec­tares de terres agri­coles et boi­sées si on réa­li­sait le parc in­dus­tria­lo-por­tuaire pré­vu à l’époque.

Lé­vis sa­tis­faite

La Ville de Lé­vis voit d’un bon oeil l’ar­ri­vée du port de Qué­bec sur son ter­ri­toire. « Le dé­ve­lop­pe­ment in­dus­tria­lo­por­tuaire va ame­ner une ex­plo­sion in­dus­trielle de l’en­semble de la ré­gion de Chau­dière-Ap­pa­laches et ça, c’est un élé­ment dont il faut te­nir compte quand on parle du dé­ve­lop­pe­ment de la grande ré­gion de Qué­bec », a com­men­té Gilles Le­houillier, maire de Lé­vis, tel que rap­por­té par Ra­dio-Ca­na­da. Les res­pon­sables du Port de Qué­bec ont tou­te­fois men­tion­né qu’il n’y avait pas de pro­jet concret sur la table pour le mo­ment et parlent de « vi­sion à long terme ».

Le pro­jet de ter­mi­nal mé­tha­nier de Ra­bas­ka à Lé­vis a en­traî­né l’ex­pro­pria­tion de 272 hec­tares. Se­lon l’en­tente de 2013, elles pou­vaient être ré­tro­cé­dées aux agri­cul­teurs ad­ve­nant l’aban­don du pro­jet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.