Le vil­lage à 1,5 mil­lion d’en­tailles

La Terre de chez nous - - À LA UNE - P.-Y.B.

Le vil­lage de Saint-Ro­bert-Bel­lar­min, si­tué aux li­mites de l’Es­trie et de la Beauce, compte par­mi les plus im­por­tants centres de pro­duc­tion de si­rop d’érable au Qué­bec… et au monde. Pierre an­gu­laire de l’éco­no­mie lo­cale, les 70 éra­blières qui s’y trouvent dis­posent de plus de 1,5 mil­lion d’en­tailles, se­lon un dé­compte conser­va­teur. « On est une plaque tour­nante », af­firme avec fier­té le maire de l’en­droit, Jean­not La­chance.

Pour la mu­ni­ci­pa­li­té, la va­leur fon­cière des éra­blières dé­passe les 10 M$ d’une as­siette fis­cale de 56 M$. La pro­duc­tion an­nuelle de cinq mil­lions de livres de si­rop d’érable re­pré­sente ain­si à elle seule une en­trée de fonds de près de 15 M$ dans ce vil­lage de 600 ha­bi­tants. De quoi faire tour­ner quelques com­merces, dont une sta­tion-ser­vice et un casse-croûte dé­pan­neur.

« Bien des pro­duc­teurs et leurs em­ployés viennent dé­jeu­ner ici », constate avec plai­sir la co­pro­prié­taire du casse-croûte, So­phie La­chance, heu­reuse de leur ser­vir du vrai si­rop d’érable.

Bru­no Mer­cier est l’un de ces pro­duc­teurs. Il a com­men­cé avec 2 000 en­tailles et fai­sait bouillir l’eau d’érable « au fa­nal ». Au­jourd’hui, il en compte 67 000 et em­ploie huit ou neuf per­sonnes une bonne par­tie de l’an­née. « Ça vire pas mal », ad­met-il.

Au même titre qu’à Saint-Ro­bert Bel­lar­min, l’éco­no­mie de plu­sieurs vil­lages du Té­mis­coua­ta au Bas-SaintLaurent re­pose au­jourd’hui sur l’acé­ri­cul­ture. Celle-ci a vaillam­ment pris la re­lève de l’in­dus­trie fo­res­tière. Pour la ving­taine de mu­ni­ci­pa­li­tés de ce ter­ri­toire, le si­rop d’érable gé­nère an­nuel­le­ment 40 M$, soit plus du tiers de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.