Pour­suivre la tra­di­tion en fai­sant au­tre­ment

En huit gé­né­ra­tions de Cou­tu, la ferme de Sainte-Éli­sa­beth est pas­sée d’une vo­ca­tion agricole de sub­sis­tance à la pro­duc­tion lai­tière, puis à la culture ma­raî­chère. Pas­cale Cou­tu et sa fa­mille ont dé­ve­lop­pé une ex­per­tise unique avec La Cour­ge­rie, qui prod

La Terre de chez nous - - MA FAMILLE AGRICOLE - GE­NE­VIÈVE QUESSY

SAINTE-ÉLI­SA­BETH — Hui­tième de toute une li­gnée de Cou­tu à vivre de la grande terre de Sainte-Éli­sa­beth, dans La­nau­dière, Pas­cale Cou­tu y a fon­dé La Cour­ge­rie. Avec son ma­ri Pierre Trem­blay, elle cultive plus de 300 va­rié­tés de courges et de cu­cur­bi­ta­cées, tout en ac­cueillant les tou­ristes.

« On fait ce qu’on aime le mieux. Choi­sir ce qu’on aime, c’est ça qui marche. Il faut être souple et ac­cep­ter de faire les choses au­tre­ment », dit Pas­cale Cou­tu.

Pour­suivre dans la tra­di­tion des vaches lai­tières comme ses pa­rents n’a ja­mais fait par­tie de ses plans. « C’est quand j’ai com­pris qu’autre chose était pos­sible sur cette terre que j’ai en­vi­sa­gé de prendre la re­lève. »

Ghis­laine et An­dré, les pa­rents de Pas­cale, ont tou­jours été im­pli­qués so­cia­le­ment, une pas­sion qu’ils lui ont trans­mise. « Dans mon en­fance, il s’en pas­sait, des choses, chez nous, se rap­pelle-t-elle. Leur im­pli­ca­tion m’a beau­coup mar­quée, tout comme le fait que mon grand-père vi­vait juste à cô­té. » Pas­cale Cou­tu est au­jourd’hui très heu­reuse de voir son fils cô­toyer ses grands-pa­rents de la même fa­çon.

Quand Pas­cale est aux champs, Pierre s’oc­cupe de la cui­sine et de la trans­for­ma­tion. Fran­çois, leur fils de 16 ans, leur donne un coup de main au ser­vice à la clien­tèle, tout comme ses grand­spa­rents. Ghis­laine est très ap­pré­ciée des clients de la bou­tique, et les en­fants des camps de jour en vi­site ne cessent de de­man­der An­dré.

Sauf quatre à cinq se­maines dans l’an­née où il faut en­ga­ger de la maind’oeuvre, l’en­semble des tra­vaux de la ferme se fait en fa­mille. « On a dé­ve­lop­pé notre pro­jet d’en­tre­prise en fonc­tion de la vie fa­mi­liale qu’on vou­lait me­ner », dit Pierre Trem­blay. Pen­dant trois ans, Pas­cale a fait l’école à la mai­son à son fis­ton. Quand il était bé­bé, c’est sa grand­mère qui le gar­dait lorsque Pas­cale al­lait cueillir les courges aux champs.

« C’est un lieu de bon­heur et de vie, chez nous, et on en est cons­cients », dit la ma­raî­chère. L’en­tre­prise et la fa­mille, tout est in­ti­me­ment lié chez les Cou­tu. « L’en­tre­prise est ba­sée sur la fa­mille. S’il y en a un qui craque, les autres peuvent cra­quer aus­si, alors on s’oc­cupe les uns des autres », dit Pierre Trem­blay. Avez-vous une fa­mille à sug­gé­rer? tcn@la­terre.ca // 450 679-8483, poste 7270

An­dré et Ghis­laine Cou­tu ont trans­mis la ferme fa­mi­liale à leur fille Pas­cale et son ma­ri Pierre Trem­blay.

La bou­tique de La Cour­ge­rie ac­cueille les tou­ristes chaque au­tomne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.