Une 6e gé­né­ra­tion au Té­mis­ca­mingue

Ça bouge dans le 7e Rang de Lor­rain­ville, au Té­mis­ca­mingue. À l’heure du train, trois gé­né­ra­tions de la fa­mille Gé­li­nas mettent leurs ha­bits d’étable pour al­ler s’oc­cu­per des mou­tons. En fa­mille, la tâche se fait non seule­ment plus ra­pi­de­ment, mais sur­tou

La Terre de chez nous - - MA FAMILLE AGRICOLE - ÉMÉLIE RI­VARD-BOU­DREAU Cor­res­pon­dante ré­gio­nale re­dac­tion@ la­terre.ca

LOR­RAIN­VILLE — À l’en­trée de la Ber­ge­rie Bêê Oui, on af­fiche fiè­re­ment que la fa­mille Gé­li­nas ha­bite la terre de­puis 1906. « Ça a com­men­cé avec mon ar­rière-grand-père Ro­che­leau. Après ça, mon grand-père, ma mère, qui a ma­rié un Gé­li­nas, moi et mon fils », ra­conte Rol­land Gé­li­nas. « Avec mes en­fants, c’est une sixième gé­né­ra­tion », ren­ché­rit son fils Si­mon, qui vient d’ac­cueillir son sixième en­fant.

Le père et le fils sont voi­sins. Ils ha­bitent à quelques mètres, par­tagent et exé­cutent les tâches en­semble, mais gèrent cha­cun leur en­tre­prise : le pa­ter­nel, la Ferme Mi­rol, et Si­mon Gé­li­nas, la Ber­ge­rie Bêê Oui. En 1985, après avoir pas­sé de la pro­duc­tion lai­tière à la pro­duc­tion bo­vine, Rol­land Gé­li­nas et sa femme, Mi­che­line Pa­quin, ont dé­ci­dé de se consa­crer à la pro­duc­tion d’agneaux. « Les boeufs, on trou­vait ça trop gros. Si­mon, alors qu’il avait à peine cinq ou six ans, était à l’étable et il y a eu un grand boeuf qui lui a sau­té par-des­sus! » ra­conte Rol­land Gé­li­nas. « Ça nous a fait peur et on a dé­ci­dé de chan­ger », ajoute sa femme. Si­mon Gé­li­nas ne se sou­vient pas d’avoir été en­jam­bé par une telle bête. Par contre, il se rap­pelle qu’il a tou­jours eu de l’in­té­rêt pour les ani­maux de la ferme fa­mi­liale.

« À 18 ans, j’ai fait mon cours à VilleMa­rie et j’ai ache­té mon pre­mier trou­peau de bre­bis, ra­conte-t-il. Il faut dire que j’étais dé­jà ren­du à 45. Quand j’étais jeune, on me don­nait une agnelle par an­née pour mon tra­vail à la ferme. » C’est donc tout na­tu­rel­le­ment que le jeune Té­mis­ca­mien est de­ve­nu pro­duc­teur ovin à son tour. Le train en fa­mille Mais c’est aus­si tout na­tu­rel­le­ment que semblent s’im­pli­quer les en­fants de Si­mon Gé­li­nas et de sa femme San­dra Do­her­ty. À l’heure du train, tout le monde chausse ses bottes, prend sa fourche et se met à la tâche. « Ça va vite quand ils sont là pour nous ai­der », constate la grand-mère, Mi­che­line Pa­quin. L’aî­née des six, An­na-Rose, au­ra 12 ans en juin. Avec ses frères, elle donne le foin aux mou­tons, aide à l’agne­lage et prend soin des agneaux. Sous peu, elle pour­ra aus­si conduire un trac­teur!

Si­mon Gé­li­nas, sa femme San­dra Do­her­ty et l’aî­née de leurs six en­fants, An­na-Rose, 11 ans.

On ri­gole avant d’al­ler faire le train chez les Gé­li­nas.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.