Un pro­jet meurt, un autre voit le jour grâce à la re­lève!

As­su­rer la pé­ren­ni­té d’une en­tre­prise agri­cole exige par­fois de sa­voir trans­for­mer un obs­tacle en op­por­tu­ni­té. De­vant l’im­pos­si­bi­li­té de pro­cé­der à l’agran­dis­se­ment de leur ex­ploi­ta­tion por­cine, les Beau­mont-Drouin ont choi­si de se mon­trer créa­tifs. Il fa

La Terre de chez nous - - MA FAMILLE AGRICOLE - JO­HANNE MAR­TIN Cor­res­pon­dante ré­gio­nale re­dac­tion@la­terre.ca

LÉ­VIS — Tous deux is­sus d’une fa­mille agri­cole, Anne-Ma­rie Beau­mont et Guy Drouin ne sont pour­tant pas à la tête de l’une ou l’autre des fermes où ils ont gran­di. Il y a 25 ans, ils ont ac­quis à bon prix leur propre ex­ploi­ta­tion, ave­nue des Ruis­seaux, à proxi­mi­té de la ville de Lé­vis. Un pré­cieux contact al­lait leur per­mettre de réa­li­ser leur rêve mal­gré l’am­pleur de la tâche qui les at­ten­dait.

« Nous cher­chions une ferme et le pré­sident d’Agri-Mar­ché de l’époque, Do­nald Bro­chu, était au cou­rant. Il nous a pro­po­sé celle-ci et nous la lui avons ache­tée. Dès le dé­part, nous avons consta­té que la mai­son avait be­soin de nom­breuses ré­pa­ra­tions. Il a fal­lu la re­faire, ce qui a pris beau­coup de jus de bras », ra­conte le couple, dont la ma­ter­ni­té compte au­jourd’hui 210 truies et 700 por­ce­lets.

Au fil des ans, le dé­sir de voir l’en­tre­prise prendre de l’ex­pan­sion s’est ma­ni­fes­té. Guy sou­hai­tait de­ve­nir nais­seur-fi­nis­seur, mais a dû aban­don­ner l’idée en rai­son de la trop faible dis­tance qui sé­pare son éle­vage de l’ag­glo­mé­ra­tion ur­baine. Les en­fants Au­drey et Ra­phaël avan­çaient en âge, et sans pos­si­bi­li­té d’al­ler de l’avant avec le pro­jet d’en­grais­se­ment, la place de la re­lève était com­pro­mise.

L’es­poir re­naît

« J’ai vou­lu faire une force de ce qui s’avé­rait être une fai­blesse. J’ai donc dé­mar­ré, dans la pro­prié­té fa­mi­liale, une en­tre­prise ma­raî­chère di­ver­si­fiée dou­blée d’un pe­tit éle­vage com­po­sé d’une dou­zaine de porcs au pâ­tu­rage, men­tionne Au­drey Beau­mont-Drouin. Je veux faire connaître aux gens la réa­li­té du monde agri­cole et du porc du Qué­bec, et énor­mé­ment de cy­clistes tra­versent nos terres. » Le concours Sur les traces de Louis

Hé­bert a per­mis à celle qui ter­mine son di­plôme d’études col­lé­giales en ges­tion et tech­no­lo­gies d’en­tre­prise agri­cole au Cé­gep de Lé­vis-Lau­zon de ré­di­ger son plan d’af­faires. Elle vise une mise en mar­ché sous forme de vente di­recte et d’agri­cul­ture sou­te­nue par la com­mu­nau­té. La jeune en­tre­pre­neure pro­fite aus­si d’une en­tente de lo­ca­tion de cinq ans conclue avec ses pa­rents.

« Ça fai­sait trois ans que je son­geais à ce pro­jet et je me suis don­né l’oc­ca­sion de ré­flé­chir à ce que je vou­lais et comment je vou­lais le faire. Mon père et ma mère se sont mon­trés ou­verts, à la condi­tion que j’aille faire des stages dans le do­maine puis­qu’ils ne connais­saient rien à la cul­ture des lé­gumes. »

Au­drey et Ra­phaël, en­tou­rés de leurs pa­rents, Guy Drouin et Anne-Ma­rie Beau­mont. Lé­vis, Chau­dière-Ap­pa­laches

Au­drey a choi­si de créer son en­tre­prise sur la terre fa­mi­liale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.