40 000 acres en conver­sion

La Terre de chez nous - - LA UNE - MAR­TIN MÉ­NARD mme­nard@ la­terre.ca

Un pro­duc­teur de cé­réales de la Sas­kat­che­wan conver­tit pré­sen­te­ment ses 40 000 acres en cultures à la ré­gie bio­lo­gique. La moi­tié des cultures de Tra­vis Heide sont dé­jà bio­lo­giques, et si tout se pour­suit comme pré­vu, il ter­mi­ne­ra sa tran­si­tion en 2020. Il de­vien­dra alors le pro­prié­taire de la plus grande ferme bio­lo­gique du Ca­na­da, et peut-être de l’Amé­rique du Nord, in­dique le jour­nal agri­cole The Wes­tern Pro­du­cer.

L’agri­cul­teur pro­duit prin­ci­pa­le­ment de l’orge, de l’avoine, du blé, des len­tilles, des pois et du chanvre. « Le bio est un choix lo­gique, car les coûts sont plus bas et la va­leur est plus éle­vée », a dit Tra­vis Heide au Wes­tern Pro­du­cer. Il passe au bio pour des rai­sons fi­nan­cières, mais aus­si pour être fi­dèle à ses va­leurs. Sur­tout que sa femme Amy, qui vient de Van­cou­ver, por­tait dé­jà une at­ten­tion par­ti­cu­lière à l’agri­cul­ture lo­cale et bio­lo­gique. L’aven­ture du bio re­pré­sente éga­le­ment un dé­fi pour le pro­duc­teur, qui veut faire men­tir ceux qui ne croient pas qu’il réus­si­ra.

Im­pact au Qué­bec

Avec ses 40 000 acres, Tra­vis Heide dé­pas­se­ra pra­ti­que­ment à lui seul la pro­duc­tion bio­lo­gique de cé­réales de tout le Qué­bec. De fait, les der­niers chiffres du Por­tail Bio Qué­bec in­diquent que les agri­cul­teurs qué­bé­cois culti­vaient en 2016 près de 4 700 acres de blé, 5 400 d’avoine, 960 d’orge et plus de 2 500 acres de chanvre.

Au Lac-Saint-Jean, le pro­duc­teur de grains bio­lo­giques Jacques Dal­laire ne s’in­quiète pas de la ve­nue des grands joueurs. « C’est vrai que c’est beau­coup, 40 000 acres bio d’un coup, et on voit ce phé­no­mène au Qué­bec, où de gros pro- duc­teurs veulent pas­ser au bio. Mais à mon avis, c’est positif. On n’ar­rive pas à ré­pondre à la de­mande pré­sen­te­ment. Le fait d’avoir da­van­tage de su­per­fi­cies en bio­lo­gique aug­men­te­ra l’offre et ren­dra le bio plus in­té­res­sant pour des ache­teurs et des trans­for­ma­teurs qui ont be­soin de vo­lumes », avance M. Dal­laire, qui cultive près de 1 300 acres.

En Sas­kat­che­wan, Tra­vis Heide conver­tit pré­sen­te­ment ses 40 000 acres en cultures à la ré­gie bio­lo­gique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.