Des fi­nan­ciers à la conquête de l’or blond

Une nou­velle tendance s’ob­serve dans les fo­rêts : de gros joueurs in­ves­tissent des cen­taines de mil­lions de dol­lars dans l’érable. Ces der­niers ne sont pas vê­tus de la tra­di­tion­nelle veste car­reau­tée, mais bien du ves­ton-cra­vate!

La Terre de chez nous - - LA UNE - MAR­TIN MÉNARD mme­nard@ la­terre.ca @me­nard.jour­na­liste

À coups de cen­taines de mil­lions, des fonds de pla­ce­ment et des firmes in­ter­na­tio­nales in­ves­tissent dans des en­tre­prises qué­bé­coises et amé­ri­caines pour pro­fi­ter du lu­cra­tif mar­ché du si­rop d’érable. La Terre a vi­si­té, au Ver­mont, ce qui se­rait de­ve­nu la plus grande éra­blière in­dus­trielle au monde.

Seule­ment en 2017, des ges­tion­naires de fonds de pla­ce­ment et de com­pa­gnies in­ter­na­tio­nales ont pro­cé­dé à des ac­qui­si­tions ma­jeures au Qué­bec et aux États-Unis, qui chan­ge­ront le por­trait de l’in­dus­trie de l’érable. En juillet, un géant ca­na­dien du sucre, Lan­tic inc., a mis la main sur l’un des plus grands trans­for­ma­teurs de si­rop d’érable qué­bé­cois, L.B. Maple Treat, une tran­sac­tion de 160 M$. Lan­tic a ré­ci­di­vé le 20 no­vembre avec l’ac­qui­si­tion de De­ca­cer, une autre en­tre­prise qué­bé­coise spé­cia­li­sée dans la trans­for­ma­tion de l’érable.

Tou­jours en 2017, le fonds qué­bé­cois Phoe­nix Part­ners a pris une po­si­tion im­por­tante dans Les In­dus­tries Ber­nard & Fils Ltée, une en­tre­prise fa­mi­liale de la Beauce dé­te­nant une éra­blière et un im­por­tant com­merce de si­rop.

Le fonds mont­réa­lais Fie­ra Co­mox, dont la so­cié­té mère gère un ac­tif d’en­vi­ron 129 G$, a ache­té dans la même pé­riode une éra­blière de 400 000 en­tailles au Ver­mont mise sur pied par un autre fonds d’in­ves­tis­se­ment amé­ri­cain [voir autre texte]. Dans une pro­por­tion moindre, une éra­blière du Bas-Saint-Laurent, to­ta­li­sant 20 000 en­tailles, a été ache­tée par des Ja­po­nais en fé­vrier 2017.

D’autres ac­qui­si­tions à pré­voir

Ce phé­no­mène de­vrait se pour­suivre, es­time Da­vid Le Houx, l’un des ges­tion­naires du fonds Phoe­nix Part­ners. Il af­firme que son groupe est à la re­cherche d’autres oc­ca­sions d’af­faires, que ce soit des trans­for­ma­teurs de si­rop ou des éra­blières. « L’érable est pré­sen­te­ment dans un cycle fa­vo­rable. […] C’est un sec­teur en crois­sance et de ca­pi­tal sé­cu­ri­taire », ex­plique-t-il. Chez Lan­tic, on af­firme ex­plo­rer beau­coup d’op­por­tu­ni­tés dans le dé­ve­lop­pe­ment de pro­duits de l’érable.

Un dé­but

Le Qué­bec augmente son nombre d’en­tailles chaque an­née, mais le sys­tème de quo­tas li­mite les grands in­ves­tis­seurs qui vou­draient mettre sur pied de nou­velles éra­blières. Ce qui n’est pas le cas ailleurs.

Gé­ré de­puis Mon­tréal, le fonds Fie­ra Co­mox en­tend ac­qué­rir d’autres éra­blières aux États-Unis afin d’ali­men­ter son ex­ploi­ta­tion acé­ri­cole Sweet Tree Hol­dings. L’ob­jec­tif est de dé­pas­ser le mil­lion d’en­tailles.

Autre exemple : dans l’État de New York, Mike Far­rell a men­tion­né à

La Terre qu’il avait ache­té 9 000 acres avec ses par­te­naires du monde de la fi­nance afin d’y dé­ve­lop­per une éra­blière de 350 000 en­tailles. L’As­so­cia­tion des pro­duc­teurs de si­rop du Ver­mont es­time que la ve­nue d’in­ves­tis­seurs pour­rait se pour­suivre. Tout dé­pen­dra de la ren­ta­bi­li­té qu’ils ti­re­ront réel­le­ment de l’érable.

Pas né­ga­tif pour l’ins­tant

Chez Les in­dus­tries Ber­nard & Fils ltée, Yves Ber­nard sou­tient que les ca­pi­taux in­jec­tés dans son en­tre­prise par le fonds Phoe­nix Part­ners lui ont per­mis de pro­pul­ser sa mise en mar­ché. De son cô­té, la Fé­dé­ra­tion des pro­duc­teurs acé­ri­coles du Qué­bec croit que l’ar­ri­vée de gros joueurs dans la trans­for­ma­tion de l’érable re­pré­sente plus une op­por­tu­ni­té qu’une me­nace. Les pro­chaines né­go­cia­tions de prix avec les ache­teurs lui per­met­tront de pré­ci­ser sa po­si­tion.

« Ce type d’in­ves­tis­seurs fe­ra ex­plo­ser l’in­dus­trie de l’érable dans les pro­chaines an­nées. »

– Serge Tan­guay, Les Équi­pe­ments d'éra­blière CDL

L’ar­ri­vée de gros joueurs change le por­trait de la pro­duc­tion de si­rop d’érable. Que ce soit au Qué­bec, où des com­pa­gnies de trans­for­ma­tion ont été ac­quises par des or­ga­ni­sa­tions qui n’étaient pas dans l’érable, ou au Ver­mont, comme sur cette photo, où...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.