L’ab­baye d’Oka pro­tège son agri­cul­ture

La Terre de chez nous - - LA UNE - JOSIANNE DES­JAR­DINS jdes­jar­dins@ la­terre.ca

Les nou­veaux pro­prié­taires de l’ab­baye d’Oka comptent dé­ve­lop­per le plein po­ten­tiel agri­cole du site de quelque 265 hec­tares, en hom­mage à l’oeuvre des pères trap­pistes, et pro­mettent d’of­frir du nou­veau aux tou­ristes d’ici et d’ailleurs.

La tran­sac­tion de 5,5 M$ a été conclue le 4 mai entre la Cor­po­ra­tion de l’ab­baye d’Oka – qui était pro­prié­taire du site de­puis plus d’une dé­cen­nie –, le Groupe Connexion spé­cia­li­sé dans le transport et la pro­duc­tion ma­raî­chère ain­si que la firme im­mo­bi­lière Tri­dan.

Ac­tion­naire ma­jo­ri­taire du pro­jet, le pré­sident du Groupe Connexion, Da­niel Bé­rard, avait ap­pro­ché la Cor­po­ra­tion il y a en­vi­ron trois ans dans l’es­poir d’ex­ploi­ter les terres pour la di­vi­sion Veg­kiss, chef de file dans la pro­duc­tion de bro­co­lis et de choux-fleurs.

Des pommes de lai­tues ro­maines et ice­berg, des bro­co­lis et des choux­fleurs poussent dé­jà sur le site de­puis le 15 avril. Compte te­nu de la qua­li­té du sol et de la po­si­tion du ter­rain en pente vers le lac des Deux-Mon­tagnes, ce sont « des terres rê­vées pour les lé­gumes », es­time M. Bé­rard.

Ber­ceau agri­cole

« On tient à ce que l’en­ti­té de­meure agri­cole. Les pères avaient le pri­vi­lège de pos­sé­der les meilleurs sols dans la ré­gion. On veut leur re­don­ner leurs lettres de no­blesse », pour­suit l’en­tre­pre­neur, rap­pe­lant que le site de l’ab­baye d’Oka est le ber­ceau de l’agri­cul­ture au Qué­bec.

Veg­kiss, qui compte dé­jà 6 000 acres en culture à Jo­liette et à l’Île-du-Prin­ceÉ­douard, pour­ra dé­sor­mais bé­né­fi­cier de quatre ou cinq se­maines de pro­duc­tion sup­plé­men­taires avec le site d’Oka, puisque les pé­riodes d’en­se­men­ce­ment et de ré­colte y sont dif­fé­rentes.

M. Bé­rard songe éga­le­ment à dé­mar­rer une pé­pi­nière agroa­li­men­taire sur le site, pro­met­tant de don­ner un « sé­rieux coup de main » à tout en­tre­pre­neur qui sou­haite se joindre au pro­jet.

Des­ti­na­tion fa­mi­liale

Les nom­breux cy­clistes qui ont l’ha­bi­tude d’em­prun­ter les 35 km de sentiers qui tra­versent les terres de l’ab­baye d’Oka peuvent dor­mir tran­quilles. « On ne veut pas em­pê­cher les gens de cir­cu­ler », as­sure M. Bé­rard.

Ce der­nier es­père même qu’ils s’ar­rê­te­ront en che­min pour pro­fi­ter des lieux. Car en plus de res­tau­rer les bâ­ti­ments de ferme, l’homme d’af­faires pro­jette de ré­créer les jar­dins an­glais du site à l’image de ceux que nos an­cêtres pou­vaient ad­mi­rer en 1912.

M. Bé­rard veut faire de l’en­droit une vé­ri­table des­ti­na­tion pour toute la fa­mille. Cette vo­lon­té s’har­mo­nise avec les pro­jets de son par­te­naire, Alexandre Tri­quet, de la firme Tri­dan. Entre autres pro­jets, la firme en­vi­sage de bo­ni­fier l’offre d’hé­ber­ge­ment ac­tuelle et de re­créer l’uni­vers d’Har­ry Pot­ter en pro­po­sant un camp de va­cances.

Les nou­veaux pro­prié­taires pla­ni­fient de ré­créer les jar­dins an­glais de 1912 sur le site de l’ab­baye d’Oka.

Le maire d’Oka, Pas­cal Que­villon, pose en com­pa­gnie de Da­niel Bé­rard, pré­sident du Groupe Connexion et nou­veau co­pro­prié­taire de l’ab­baye d’Oka.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.