De­mande ur­gente sur le prix

– Bru­no Le­tendre, pré­sident

La Terre de chez nous - - LA UNE - JU­LIE MER­CIER ju­mer­cier@ la­terre.ca @ju­mer­cierTCN

Alors que le prix du lait at­teint un creux his­to­rique de 64,12 $ par hec­to­litre, les Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec (PLQ) s’adressent for­mel­le­ment à la Com­mis­sion ca­na­dienne du lait (CCL) afin qu’elle dé­clenche un pro­ces­sus d’aug­men­ta­tion du prix. Dans le champ, la grogne s’in­ten­si­fie.

Cette conjonc­ture « plus que pour­rie » met des en­tre­prises en dan­ger et les pers­pec­tives de re­dres­se­ment à moyen terme sont peu pro­bables, es­timent les PLQ. Évo­quant des cir­cons­tances ex­cep­tion­nelles, l’or­ga­ni­sa­tion se lance la pre­mière dans la dé­marche au­près de la CCL et in­ter­pelle ses par­te­naires des autres pro­vinces. Elle juge la si­tua­tion à ce point ur­gente qu’elle de­mande à la Com­mis­sion de lan­cer un pro­ces­sus ac­cé­lé­ré et de faire une an­nonce au plus tard le 1er août.

Grogne

Sur le ter­rain, le mé­con­ten­te­ment des pro­duc­teurs s’ac­cen­tue. Plu­sieurs d’entre eux comp­taient ma­ni­fes­ter le 23 mai, de­vant les bu­reaux de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles à Lon­gueuil. Sur la page Fa­ce­book de la ma­ni­fes­ta­tion, ils cri­ti­quaient le tra­vail du co­mi­té quo­ta et la « ges­tion broche à foin ». « On est très conscients du mé­con­ten­te­ment des pro­duc­teurs. On com­prend que ça fait mal, des prix du lait à ce ni­veau-là », af­firme le di­rec­teur gé­né­ral des PLQ, Alain Bour­beau.

La conjonc­ture dif­fi­cile s’ex­plique par la crois­sance ex­cep­tion­nelle de la de­mande et l’en­goue­ment pour le gras lai­tier qui a fait croître les sur­plus de so­lides non gras (SNG). Ceux-ci sont ven­dus à des prix très bas. « Les ex­pli­ca­tions ne rendent pas la si­tua­tion moins ca­tas­tro­phique, re­con­naît M. Bour­beau. Mais ce n’est pas parce qu’on est des im­bé­ciles. Ce se­rait le

fun de dire que c’est la faute des gros mé­chants trans­for­ma­teurs, mais à qui peut-on re­pro­cher de ne pas lire l’ave­nir? »

« On a ad­mi­nis­tré se­lon ce qu’on voyait comme si­gnaux et le mar­ché a été im­pré­vi­sible. Le re­dres­se­ment de la si­tua­tion se­rait beau­coup plus fa­cile s’il y avait un cou­pable », ajoute le pré­sident des PLQ, Bru­no Le­tendre.

Le ven­dre­di 18 mai, l’or­ga­ni­sa­tion a d’ailleurs te­nu un we­bi­naire pour ren­sei­gner les pro­duc­teurs. « Ce n’est pas vrai qu’on ne fait rien. Ça prend du temps. Il faut al­ler cher­cher l’ap­pui de nos par­te­naires. On est dans un sys­tème ca­na­dien », rap­pelle le pré­sident Le­tendre. D’ailleurs, le sen­ti­ment d’ur­gence n’est pas per­çu pa­reil par­tout au Ca­na­da, re­marque-t-il.

Les di­ri­geants des PLQ dé­mentent aus­si la ru­meur se­lon la­quelle il y a trop de lait dans le sys­tème. « Il faut être clair : on n’est pas dans une dé­crois­sance, mais dans un ra­len­tis­se­ment de la crois­sance. On de­mande juste de

sla­cker le gaz un peu », illustre Bru­no Le­tendre.

À la fin d’avril, les PLQ ont en­voyé un pre­mier si­gnal en ré­dui­sant le droit de pro­duire. Les 23 et 24 mai, leur conseil d’ad­mi­nis­tra­tion se pen­chait sur des moyens de ra­len­tir la crois­sance, que ce soit par une ré­duc­tion du quo­ta, des jour­nées ad­di­tion­nelles ou des to­lé­rances de pro­duc­tion.

Très cri­ti­qués, les ad­mi­nis­tra­teurs des Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec étaient prêts à ré­pondre aux ques­tions des éle­veurs qui de­vaient se dé­pla­cer à Lon­gueuil le 23 mai.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.