Une ferme créée en fa­mille

La Terre de chez nous - - MA FAMILLE AGRICOLE - GE­NE­VIÈVE QUESSY

L’hon­nê­te­té et la trans­pa­rence, le res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment et le sou­ci d’of­frir des pro­duits de qua­li­té tout en étant à l’écoute de la clien­tèle, telles sont les va­leurs qui im­prègnent le tra­vail et la vie de fa­mille aux Jar­dins de la Pi­nède. Dans la bou­tique, les clients entrent li­bre­ment, choi­sissent leurs pro­duits et payent leur dû, même en l’ab­sence des agri­cul­teurs. La confiance règne.

OKA — Les Jar­dins de la Pi­nède, une ferme ma­raî­chère dé­mar­rée il y a cinq ans, ont d’abord ger­mé dans la tête d’un couple et de ses deux en­fants. « On n’avait pas pré­vu qu’on se com­plé­te­rait au­tant, mais on est vrai­ment une équipe, avec cha­cun ses forces », dit Ma­rie-Jo­sée Da­guerre.

Ré­créo­logue de for­ma­tion, cette der­nière a quit­té Mon­tréal avec son conjoint Louis Vaillan­court, alors em­ployé pa­ra­mé­di­cal, pour in­ves­tir dans un an­cien ver­ger si­tué à Oka. Leurs en­fants Fé­lix et Maude ont par­ti­ci­pé à tout, que ce soit l’abat­tage des arbres en pi­teux état, les tra­vaux du sol ou la construc­tion des serres et d’un bâ­ti­ment mul­ti­fonc­tion­nel ser­vant de cui­sine, d’en­tre­pôt et de ma­ga­sin.

Tan­dis que Ma­rie-Jo­sée s’oc­cupe de la ges­tion et de la mise en mar­ché, Louis ac­com­plit les tra­vaux plus ma­nuels, as­sis­té de son fils Fé­lix, 16 ans, qui conduit le trac­teur et aime « tout ce qui est phy­sique ». Maude, 14 ans, coupe les gour­mands des to­mates, cueille les ce­rises de terre et fait « tout ce qui de­mande de la mi­nu­tie ».

« On est vrai­ment sou­dés et on se rem­place les uns les autres pour s’as­su­rer que les tâches sont ac­com­plies, ex­plique Maude. Il faut que la ferme roule, et on ne peut pas lais­ser les légumes tout seuls trop long­temps. »

Puis­qu’ils ont cha­cun leur rôle et prennent plai­sir au tra­vail de la ferme, Fé­lix et Maude semblent consti­tuer une re­lève idéale. Pour­tant, leurs pa­rents voient les choses dif­fé­rem­ment. « Ça nous fait drôle chaque fois qu’on nous parle de re­lève. On ne voit pas nos en­fants comme une re­lève, mais plus comme des par­te­naires », dit Ma­rieJo­sée Da­guerre.

Les Da­guerre-Vaillan­court sont membres d’une fa­mille unie, mais éga- le­ment par­te­naires dans l’en­tre­prise, ce qui les rap­proche d’au­tant plus. « Quand mon père a eu un ac­ci­dent de trac­teur, c’est moi qui lui ai sau­vé la vie. Et après, je l’ai rem­pla­cé dans ses tâches », confie Fé­lix.

Le jeune pro­duc­teur sou­haite étu­dier en ges­tion agri­cole à l’Uni­ver­si­té McGill. Il est pré­vu que dès sa sor­tie, il se­ra res­pon­sable d’un nou­veau pro­jet de di­ver­si­fi­ca­tion à la ferme. « Mais c’est se­cret; je ne peux pas dire de quoi il s’agit », men­tionne Fé­lix, les yeux très brillants.

La fa­mille der­rière Les Jar­dins de la Pi­nède : le père Louis Vaillan­court, le fils Fé­lix, la mère Ma­rie-Jo­sée Da­guerre et la fille Maude.

Culti­vés aux champs et en serre, sans pes­ti­cides, an­ti­fon­giques ni her­bi­cides, les fruits et légumes cer­ti­fiés bio des Jar­dins de la Pi­nède nour­rissent 300 fa­milles abon­nées à leurs pa­niers heb­do­ma­daires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.