Le nou­vel abat­toir se­ra vrai­ment im­po­sant!

La Terre de chez nous - - LA UNE - MY­RIAM LAPLANTE EL HAÏLI mla­[email protected] la­terre.ca @My­riamLa­plan­teE La moi­tié de la viande pro­duite l’usine se­ra ex­por­tée dans près de 50 pays, contre 35 40 ac­tuel­le­ment.

YAMACHICHE — Le pro­jet d’agran­dis­se­ment d’AT­ra­han Trans­for­ma­tion à Yamachiche pro­gresse. De­puis le 22 mai, les pro­duits de l’usine tran­sitent par les nou­veaux quais d’ex­pé­di­tion, abou­tis­se­ment de la pre­mière phase de ce qui de­vien­dra le plus gros abat­toir de porcs du Qué­bec. À terme, l’usine pro­dui­ra plus de 160 mil­lions de ki­los de porc par an­née.

La construc­tion, l’in­té­gra­tion des nou­velles tech­no­lo­gies et le re­cru­te­ment de la main-d’oeuvre s’ef­fec­tue­ront en pa­ral­lèle avec les ac­ti­vi­tés d’abat­tage et de trans­for­ma­tion de l’usine, « le plus gros dé­fi lo­gis­tique », pré­cise le vice-pré­sident de l’in­gé­nie­rie chez Olymel, Mar­co Du­fresne.

Com­plexi­té

Le main­tien des ac­ti­vi­tés de l’abat­toir pen­dant la du­rée des tra­vaux ajoute à la com­plexi­té du chan­tier. « Tant que l’agran­dis­se­ment [d’une salle] n’est pas ter­mi­né, on ne trans­fère pas », af­firme le di­rec­teur de l’usine, Ch­ris­tian Ri­vard.

Les opé­ra­tions de l’abat­toir sont ré­or­ga­ni­sées la fin de se­maine de sorte que chaque nou­velle sec­tion soit plei­ne­ment fonc­tion­nelle le lun­di ma­tin, non sans avoir au préa­lable été ins­pec­tée par l’Agence ca­na­dienne d’ins­pec­tion des ali­ments.

La construc­tion du ré­fri­gé­ra­teur à car­casses et de la salle des eaux usées dé­bu­te­ra dans quelques se­maines pour se ter­mi­ner en 2019.

In­no­va­tions

« Il y au­ra beau­coup de tech­no­lo­gies nou­velles [dans l’usine] », in­dique M. Ri­vard. À leur ar­ri­vée, les porcs se­ront ins­tal­lés dans une nou­velle étable de 4 400 places conforme aux normes du bien-être ani­mal.

L’abat­tage ne s’ef­fec­tue­ra plus par dé­charge élec­trique, mais par anes­thé­sie au CO , ce qui per­met­tra d’of­frir une viande de meilleure qua­li­té au consom­ma­teur et un meilleur en­vi­ron­ne­ment de tra­vail aux em­ployés tout en res­pec­tant les normes de bie­nêtre ani­mal. Les porcs em­barquent dans un élé­va­teur fer­mé où du CO est en­suite in­jec­té dans l’air. « Ils s’en­dorment comme s’ils s’en al­laient en chi­rur­gie gé­né­rale parce qu’il faut que le coeur batte, évi­dem­ment, pour la sai­gnée », sou­ligne le por­te­pa­role d’Olymel, Ri­chard Vi­gneault.

L’usine de Yamachiche se do­te­ra éga­le­ment de deux ro­bots de type « bras col­la­bo­ra­tifs » pour l’abat­tage. La dé­coupe se fe­ra par re­con­nais­sance 3D « pour bien voir les couches de gras et em­pê­cher que le tra­vail se fasse ma­nuel­le­ment », sou­ligne M. Ri­vard.

Les opé­ra­tions de désos­sage de­meu­re­ront des ac­ti­vi­tés ma­nuelles, mais les tables de la salle de dé­coupe se­ront en­tiè­re­ment ré­amé­na­gées pour per­mettre une op­ti­mi­sa­tion du tra­vail.

Main-d’oeuvre

L’en­tre­prise em­bau­che­ra, à terme, 314 tra­vailleurs. « On vise [à re­cru­ter] de 70 à 75 % de la main-d’oeuvre dans un rayon de 50 km au­tour de l’usine et 10 % de tra­vailleurs étran­gers tem­po­raires [TET] », ex­plique le vice-pré­sident des res­sources hu­maines, Louis Ban­ville, en pré­ci­sant que les em­ployés res­tants vien­dront de Montréal et pour­raient éven­tuel­le­ment dé­mé­na­ger dans la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.