Tous ru­raux : pour des ter­ri­toires vi­vants et en mou­ve­ment

La Terre de chez nous - - ÉDITORIAL VOTRE OPINION - MAR­CEL GRO­LEAU Pré­sident gé­né­ral de l'Union des pro­duc­teurs agri­coles

Le Qué­bec a vé­cu un mo­ment im­por­tant la se­maine der­nière, à l’oc­ca­sion du Ras­sem­ble­ment pour un Qué­bec vi­vant. Is­su de la mo­bi­li­sa­tion Tous ru­raux lan­cée ré­cem­ment par So­li­da­ri­té ru­rale du Qué­bec (SRQ), l’évé­ne­ment a réuni près de 200 ac­teurs des quatre coins de la pro­vince sou­hai­tant dis­cu­ter des grands en­jeux de la ru­ra­li­té et pro­po­ser aux Qué­bé­cois de ré­ta­blir les ponts entre les ur­bains et les ru­raux.

À titre de pré­sident de SRQ et de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA), j’ai beau­coup ap­pré­cié la qua­li­té des échanges tout au long de la jour­née. En pré­sence du pre­mier mi­nistre du Qué­bec, Phi­lippe Couillard, du mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Laurent Les­sard, et de plu­sieurs par­le­men­taires, nous avons trai­té des dé­fis de la vi­ta­li­té et de l’oc­cu­pa­tion de ter­ri­toire, de sa gou­ver­nance et de la fier­té col­lec­tive par­ta­gée. Des ex­perts, tout comme les par­ti­ci­pants, ont échan­gé sur cha­cun de ces su­jets.

Le ras­sem­ble­ment et la pro­po­si­tion dé­po­sée sont le fruit d’une col­la­bo­ra­tion étroite des grands par­te­naires de Tous ru­raux, c’est-à-dire l’UPA, La Coop fé­dé­rée et Des­jar­dins. La par­ti­ci­pa­tion de la Fé­dé­ra­tion qué­bé­coise des mu­ni­ci­pa­li­tés, de la Fé­dé­ra­tion des com­mis­sions sco­laires du Qué­bec, de l’As­sem­blée des évêques ca­tho­liques du Qué­bec, de la Cen­trale des syn­di­cats du Qué­bec, de la Com­mu­nau­té mé­tro­po­li­taine de Montréal et du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial a aus­si fait la dif­fé­rence.

Je tiens éga­le­ment à sa­luer l’im­pli­ca­tion du conteur, écri­vain, scé­na­riste et chan­teur qué­bé­cois Fred Pel­le­rin. On ne pou­vait es­pé­rer meilleur am­bas­sa­deur pour ce mou­ve­ment. Fred a don­né vie à un vil­lage, à une ré­gion, en l’ani­mant, en lui don­nant une âme et en s’ins­pi­rant de ses lé­gendes. À ses cô­tés, un groupe im­pres­sion­nant de mes­sa­gers en fa­veur de la ru­ra­li­té se sont in­ves­tis dans cette dé­marche. Ils sont de toutes les ré­gions et de dif­fé­rentes sphères d’ac­ti­vi­té. Ils jouissent d’une grande no­to­rié­té et ont ac­cep­té d’ap­por­ter leur contri­bu­tion à ce mou- ve­ment en fa­veur de la ru­ra­li­té. Je les re­mer­cie en­core une fois pour leur contri­bu­tion.

Par­mi les nom­breux en­jeux aux­quels font face les mi­lieux ru­raux fi­gure au pre­mier chef ce­lui de main­te­nir la vi­ta­li­té et l’oc­cu­pa­tion des ter­ri­toires. Les don­nées d’un por­trait de l’évo­lu­tion des mi­lieux ru­raux de­puis les 25 der­nières an­nées ont mis en lu­mière une pé­nu­rie im­por­tante de main-d’oeuvre, puisque près de la moi­tié (49 %) de la po­pu­la­tion en âge de tra­vailler est consi­dé­rée comme pré­re­trai­tée. À ce­la s’ajoute une dé­crois­sance de la po­pu­la­tion des ré­gions éloi­gnées de 7 %. Cer­tains ser­vices pu­blics sont aus­si dé­fi­cients, alors que plus de 300 000 mé­nages et de nom­breuses en­tre­prises en mi­lieu ru­ral doivent tou­jours com­po­ser avec un ac­cès très li­mi­té à In­ter­net et au ré­seau de té­lé­pho­nie cel­lu­laire. La ré­duc­tion des ré­seaux de trans­ports en com­mun in­ter­ré­gio­naux est éga­le­ment pré­oc­cu­pante, no­tam­ment dans le Bas-du-Fleuve et en Gas­pé­sie, deux ré­gions qui ont ré­cem­ment per­du 65 % de leurs ser­vices.

Ce por­trait nous a me­nés à une ques­tion fon­da­men­tale : pou­vons-nous don­ner un souffle à toute la ru­ra­li­té en joi­gnant nos ef­forts, en ayant des po­li­tiques co­or­don­nées, ins­pi­rées des prio­ri­tés ré­gio­nales, im­pli­quant les dif­fé­rents ni­veaux de gou­ver­nance qui oeuvrent sur le ter­ri­toire? Tous ru­raux ré­pond par l’af­fir­ma­tive et par une pro­po­si­tion pour des ter­ri­toires vi­vants et en mou­ve­ment. Cette pro­po­si­tion évoque le ter­ri­toire comme ri­chesse in­es­ti­mable pour le Qué­bec et s’ap­puie sur l’in­ter­dé­pen­dance entre les ru­raux et les ur­bains, dans le but d’as­su­rer une ru­ra­li­té at­trayante pour les gé­né­ra­tions fu­tures.

Plus concrè­te­ment, Tous ru­raux de­mande que le gou­ver­ne­ment mette plei­ne­ment en oeuvre la Loi et la Stra­té­gie pour as­su­rer l’oc­cu­pa­tion et la vi­ta­li­té des ter­ri­toires, no­tam­ment par la réa­li­sa­tion du Plan gou­ver­ne­men­tal de contri­bu­tion à la Stra­té­gie, com­po­sé des plans d’ac­tion de chaque mi­nis­tère. S’ins­cri­vant dans les prio­ri­tés dé­fi­nies par les ré­gions, ceux-ci de­vront être ac­com­pa­gnés des moyens né­ces­saires à leur réa­li­sa­tion.

L’élec­tion gé­né­rale qui s’an­nonce est l’oc­ca­sion, pour chaque for­ma­tion po­li­tique, de pré­ci­ser ses in­ten­tions. SRQ, ses par­te­naires et les in­ter­ve­nants as­so­ciés à la dé­marche sont im­pa­tients de les en­tendre. Le su­jet est d’une im­por­tance telle qu’il doit fi­gu­rer par­mi les en­jeux de cette élec­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.