Les États-Unis cham­pions du sou­tien agri­cole

La Terre de chez nous - - LA UNE - THIER­RY LARIVIÈRE tla­ri­[email protected] la­terre.ca @La­ri­vie­reT

Même en te­nant compte d’un ef­fet de la ges­tion de l’offre sur les prix, l’Or­ga­ni­sa­tion de co­opé­ra­tion et de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­miques (OCDE) cal­cule que le Ca­na­da et le Mexique sou­tiennent moins leur agri­cul­ture que les États-Unis.

De fait, l’en­semble des in­ter­ven­tions ca­na­diennes équi­valent à 9,6 % des re­cettes à la ferme, soit moins que les États-Unis (9,9 %) et plus que le Mexique (7,5 %). Les États-Unis sont le pays qui dé­pense le plus en Amé­rique pour le sou­tien en agri­cul­ture, même si les cham­pions du monde à cet égard sont en Eu­rope et en Asie (voir tableau).

Le sou­tien ca­na­dien est in­fé­rieur à ce­lui de la moyenne des pays de l’OCDE ou de la moyenne des pays émer­gents. Il faut noter que l’étude de l’OCDE, pu­bliée le 26 juin, re­pose sur l’ana­lyse de 51 pays dans le monde et n’in­clut pas tous les pays.

Re­cul de 75 % du sou­tien agri­cole ca­na­dien

En 1986-1988, le sou­tien s’éle­vait à 36 % des re­cettes agri­coles contre seule­ment 9 % en 2015-2017. De ce der­nier chiffre, c’est le sou­tien in­di­rect au prix du lait qui est consi­dé­ré comme la prin­ci­pale source de « dis­tor­sion » sur les mar­chés. L’or­ga­ni­sa­tion éva­lue que le prix du lait re­çu par les pro­duc­teurs ca­na­diens était 12 % plus éle­vé que sur les mar­chés mon­diaux et consi­dère cet écart comme une sub­ven­tion même si au­cun paie­ment di­rect n’est en­voyé aux pro­duc­teurs.

Le re­cul de l’aide agri­cole ca­na­dienne des 30 der­nières an­nées s’ex­pli­que­rait sur­tout par la fin du sou­tien di­rect au prix du grain en 1995.

Au fil des an­nées, le sou­tien agri­cole ca­na­dien a tou­jours été in­fé­rieur à la moyenne des pays de l’OCDE.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.