Le goût amer de la classe 7

La Terre de chez nous - - À LA UNE - J. M.

MA­DI­SON — Les pro­duc­teurs lai­tiers du Wis­con­sin ont la classe 7 du Ca­na­da en tra­vers de la gorge. Ces in­gré­dients lai­tiers visent à contre­car­rer les im­por­ta­tions mas­sives de lait dia­fil­tré en pro­ve­nance des États-Unis.

Au prin­temps 2017, l’en­tente in­ter­ve­nue entre les Pro­duc­teurs lai­tiers du Ca­na­da et les trans­for­ma­teurs concer­nant la créa­tion de la classe 7 per­met­tait de col­ma­ter une brèche dans la ges­tion de l’offre. Consé­quence di­recte, Grass­land, l’un des plus im­por­tants fa­bri­cants de lait dia­fil­tré des ÉtatsU­nis, lais­sait tom­ber une soixan­taine de fermes du Wis­con­sin. Plus d’un an plus tard, et même si la plu­part de ces éle­vages ont trou­vé un autre ache­teur, la classe 7 fait tou­jours ja­ser.

Ç’a été un dur coup pour l’économie du Wis­con­sin », lance la di­rec­trice des af­faires gou­ver­ne­men­tales à la Wis­con­sin Farm Bu­reau Fe­de­ra­tion, Ka­ren Gef­vert, vi­si­ble­ment contra­riée. « C’est une chose de se com­pé­ti­tion­ner, mais c’en est une autre de se mon­ter sur la tête, ren­ché­rit Shel­ly Mayer, des Pro­fes­sio­nal Dai­ry Pro­du­cers of Wis­con­sin. Ce sont des fermes fa­mi- liales qui en ont payé le prix. » « Avec la classe 7, le Ca­na­da fait du dum­ping sur le mar­ché mondial. Les Néo-Zé­lan­dais, les Hol­lan­dais et les autres puis­sances lai­tières sont aus­si frus­trés que nous le sommes », dé­clare John Ho­le­voet, di­rec­teur des af­faires pu­bliques et gou­ver­ne­men­tales pour la Dai­ry Bu­si­ness As­so­cia­tion.

Dés­in­for­ma­tion

« Quand Grass­land a per­du le mar­ché ca­na­dien, tout le monde di­sait : “À bas le Ca­na­da”, ra­conte pour sa part l’éle­veur Jer­ry Vo­lence. C’était stu­pide et ar­ro­gant de notre part de ba­ser notre mar­ché sur des failles dans le sys­tème ca­na­dien », as­sure-t-il.

« Le Ca­na­da avait par­fai­te­ment le droit de four­nir cette classe d’in­gré­dients lai­tiers à ses trans­for­ma­teurs. Chaque pays de­vrait s’oc­cu­per d’abord de sa po­pu­la­tion, fait re­mar­quer son col­lègue Jim Good­man. C’est ce que Trump veut faire avec Ame­ri­ca First. Les consom­ma­teurs ca­na­diens pré­fèrent sû­re­ment ache­ter du fro­mage fait avec du lait ca­na­dien. C’est leur droit », conclut le pro­duc­teur.

Se­lon plu­sieurs in­ter­ve­nants, l’in­dus­trie lai­tière du Wis­con­sin se di­rige vers un mur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.