Chi­cane chez les Bo­vins

La Terre de chez nous - - LA UNE - MY­RIAM LA­PLANTE EL HAÏLI mla­[email protected] la­terre.ca @My­riamLa­plan­teE

DRUM­MOND­VILLE — En quête d’une plus grande au­to­no­mie, les pro­duc­teurs de veaux de lait et de grain brassent la cage. La ru­meur d’une désaf­fi­lia­tion au sein des Pro­duc­teurs de bo­vins du Qué­bec (PBQ) cir­cu­lait même de­puis quelques se­maines. Le 22 juin, les élus ont ex­pli­qué aux pro­duc­teurs de veaux réunis en séance d’in­for­ma­tion que la créa­tion d’un syn­di­cat in­dé­pen­dant des éle­veurs de veaux n’était pas l’op­tion privilégiée.

Dé­fense des in­té­rêts

« La dé­marche qu’on a en­ta­mée, c’était vrai­ment une dé­marche d’évo­lu­tion dans la fé­dé­ra­tion. À un mo­ment don­né, il a fal­lu sor­tir la bombe ato­mique, ou dire qu’on l’avait. On sait qu’on l’a, mais on ne veut pas s’en ser­vir », a ex­pli­qué le pré­sident du co­mi­té de mise en mar­ché des veaux de grain, Louis-Jo­seph Beaudoin.

Les pro­duc­teurs de­mandent de­puis 2015 de re­voir la struc­ture fi­nan­cière des PBQ, d’être mieux re­pré­sen­tés au conseil exé­cu­tif et d’avoir une plus grande marge de ma­noeuvre pour dé­fendre les in­té­rêts de leur sec­teur en gé­rant leur bud­get et leurs res­sources hu­maines et en as­su­mant leurs com­mu­ni­ca­tions in­ternes et ex­ternes in­dé­pen­dam­ment de celles des PBQ. En mai der­nier, les re­la­tions se sont en­ve­ni­mées lorsque la di­rec­trice de la mise en mar­ché des veaux, Mar­lène Thi­bou­tot, a été re­mer­ciée par le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion des PBQ sans qu’en soient d’abord avi­sés les pré­si­dents des co­mi­tés concer­nés. Celle-ci a été ré­en­ga­gée deux jours plus tard par les co­mi­tés à titre de consul­tante. De­puis, les deux par­ties sont en mé­dia­tion su­per­vi­sée par l’Union des pro­duc­teurs agri­coles.

So­lu­tion

Dans une lettre en ré­ponse aux de­mandes des co­mi­tés, les PBQ ont dé­mon­tré une certaine ou­ver­ture, sans sa­tis­faire plei­ne­ment les pro­duc­teurs de veaux. « La so­lu­tion idéale se­rait une ré­vi­sion par les PBQ de ses règles de gou­ver­nance, parce que pro­ba­ble­ment que le sys­tème de re­pré­sen­ta­tion ré­gio­nale a at­teint ses li­mites pour un fonc­tion­ne­ment har­mo­nieux », a in­di­qué l’avo­cat Louis Coallier aux pro­duc­teurs réunis en séance d’in­for­ma­tion.

« Tout est en­vi­sa­geable, a dit le pré­sident des PBQ, Claude Viel, à La Terre. Main­te­nant, ça prend de l’ou­ver­ture de tous les groupes. » Il rap­pelle que le sec­teur du veau ne re­pré­sente que quelques cen­taines d’en­tre­prises alors qu’elles sont plus de 9 000 dans le sec­teur bo­vin. « Je pense qu’il se­rait dif­fi­cile d’avoir cinq groupes avec un siège cha­cun au­tour de la table quand cer­tains pos­sèdent 80 % du vo­lume. Ce bout-là ne se­rait pas évident, mais je suis ou­vert à re­gar­der toutes les op­tions; j’ai en­core bon es­poir », ren­ché­rit-il. En séance d’in­for­ma­tion, les pro­duc­teurs de veaux ont te­nu un vote sym­bo­lique et à l’una­ni­mi­té, ils ont ap­puyé les co­mi­tés dans la pour­suite de leurs dé­marches.

« Si on veut al­ler trop vite [dans les né­go­cia­tions], on risque de l’échap­per parce qu’il faut que les gens aient le temps de réfléchir, des deux côtés. Et ça va prendre des chiffres. » – Claude Viel, pré­sident des PBQ

Le pré­sident du co­mi­té de mise en mar­ché des veaux de grain, Louis-Jo­seph Beaudoin, et le pré­sident du co­mi­té de mise en mar­ché des veaux de lait, Pierre-Luc Na­deau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.