Ce se­ra le sta­tu quo, dé­crète ète la Ré­gie

La Terre de chez nous - - LA UNE - THIER­RY LARIVIÈRE tla­ri­[email protected] la­terre.ca

L’ap­pro­vi­sion­ne­ment en pou­let dans le centre du Ca­na­da ne se­ra fi­na­le­ment pas sou­mis au libre mar­ché. La po­si­tion des ache­teurs de pou­lets est sor­tie lar­ge­ment ga­gnante après 44 jours de dé­bats éta­lés sur 12 mois de­vant la Ré­gie des mar­chés agri­coles et agroa­li­men­taires du Qué­bec. Un sta­tu quo qui dé­çoit les Éle­veurs de vo­lailles du Qué­bec (EVQ).

Pen­dant toute cette pé­riode, deux vi­sions se sont op­po­sées : d’un cô­té, le mar­ché libre sur le plan des ap­pro­vi­sion­ne­ments au Qué­bec, et de l’autre, les vo­lumes d’ap­pro­vi­sion­ne­ment ga­ran­tis har­mo­ni­sés avec l’On­ta­rio. C’est la deuxième ap­proche, celle des trans­for­ma­teurs, qui a ob­te­nu l’ap­pui des ré­gis­seurs. Il n’y au­ra donc pas de chan­ge­ment ma­jeur dans la conven­tion de mise en mar­ché du pou­let pour les trois pro­chaines an­nées.

Ré­par­ti­tion des pro­fits

« C’est une très grosse dé­cep­tion. On est en­core convain­cus d’avoir rai­son », a com­men­té Pierre-Luc Le­blanc, pré­sident des EVQ, après la dé­ci­sion du 22 juin. « On veut tou­jours une ré­par­ti­tion plus uni­forme de la ri­chesse dans la fi­lière », ajoute le pré­sident, qui pré­cise que les EVQ n’ont pas en­core dé­ci­dé de la marche à suivre à la suite de cette dé­ci­sion.

La Ré­gie n’a pas été convain­cue par les ar­gu­ments des EVQ se­lon les­quels la fin des vo­lumes ga­ran­tis aux abat­toirs et la fin du pro­to­cole d’ap­pro­vi­sion­ne­ment Qué­bec-On­ta­rio pour­raient ré­gler l’ac­cé­lé­ra­tion de la concen­tra­tion de l’in­dus­trie, le manque de concur­rence entre les deux joueurs do­mi­nants (Oly­mel et Ex­cel­dor) ou les pro­fits « in­dus » des abat­toirs.

Pour la Ré­gie, la pro­po­si­tion des EVQ ra­mè­ne­rait les primes aux pro­duc­teurs « qui nuisent à la ren­ta­bi­li­té de l’in­dus­trie ». Tou­jours se­lon la Ré­gie, la fin du pro­to­cole Qué­bec-On­ta­rio pour­rait par ailleurs ra­me­ner le pro­blème de dé­pla­ce­ment « ir­ra­tion­nel » des pou­lets entre les deux pro­vinces. Bref, les ré­gis­seurs es­timent que le sta­tu quo est fa­vo­rable à l’en­semble de l’in­dus­trie et que la hausse des vo­lumes pro­duits en est un in­di­ca­teur. L’in­tro­duc­tion d’un mar­ché libre né­ces­si­te­rait par ailleurs une « ana­lyse d’im­pact » plus ap­pro­fon­die.

Ris­tournes

« Nous sommes très sa­tis­faits de la dé­ci­sion de la Ré­gie. Celle-ci a re­te­nu nos ar­gu­ments », a com­men­té Yvan Bro­deur, vice-pré­sident à l’ap­pro­vi­sion­ne­ment pour la di­vi­sion vo­lailles d’Oly­mel. Ce der­nier rap­pelle que la concen­tra­tion n’a pas em­pê­ché une crois­sance « in­té- res­sante » de la pro­duc­tion et que les pro­duc­teurs pro­fitent dans plu­sieurs cas des ris­tournes des deux coo­pé­ra­tives (Oly­mel et Ex­cel­dor) qui trans­forment plus de 93 % des pou­lets du Qué­bec. Se­lon la Ré­gie, Ex­cel­dor a ver­sé en­vi­ron 6 ¢ le ki­lo pro­duit à ses membres dans les der­nières an­nées. Oly­mel a ajus­té ses prix en consé­quence. Il n’a ce­pen­dant pas été pos­sible de confir­mer si les autres ache­teurs, qui re­pré­sentent 6 % du mar­ché, pro­cèdent au même ajus­te­ment de prix.

Aux yeux de la Ré­gie, il man­quait de preuves pour sou­te­nir l’af­fir­ma­tion des EVQ se­lon la­quelle les marges de pro­fit se­raient mal ré­par­ties dans la fi­lière du pou­let.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.