At­ten­tion aux ven­deurs de trousses

La Terre de chez nous - - PRÉVENTION - PIERRE SAINT-YVES

Les trousses de pre­miers soins s’avèrent une source de pré­oc­cu­pa­tion pour plu­sieurs pro­duc­teurs agri­coles. Il n’est pas ques­tion ici de fraude ni de vol, mais plu­tôt de vente sous pres­sion.

« C’est un pro­blème qui re­vient pé­rio­di­que­ment, men­tionne My­lène Bour­geois, res­pon­sable de la pré­ven­tion à la Fé­dé­ra­tion de l’UPA de la Mau­ri­cie. Des en­tre­prises font pres­sion sur les pro­duc­teurs en af­fir­mant qu’ils doivent chan­ger leur trousse de pre­miers soins et en leur pro­po­sant une nou­velle ver­sion qui peut coû­ter plu­sieurs cen­taines de dol­lars. » Elle ex­plique qu’il n’y a pas de date de pé­remp­tion sur les trousses de pre­miers soins, mais que leur conte­nu doit être vé­ri­fié ré­gu­liè­re­ment pour s’as­su­rer que les ar­ticles pé­ri­més ou souillés sont rem­pla­cés.

À ce su­jet, la Fé­dé­ra­tion de l’UPA d’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue a ré­cem­ment rap­pe­lé aux pro­duc­teurs que la Com­mis­sion des normes, de l’équi­té, de la san­té et de la sé­cu­ri­té du tra­vail (CNESST) oblige les em­ployeurs à avoir une trousse de pre­miers soins fa­ci­le­ment ac­ces­sible dans le trac­teur ou les bâ­ti­ments de ferme, mais qu’« au­cune cer­ti­fi­ca­tion de ga­ran­tie ou de confor­mi­té n’est exi­gée ». Elle lance aus­si cette mise en garde : « Faites at­ten­tion aux ven­deurs iti­né­rants ou au té­lé­phone. Leurs trousses se vendent beau­coup trop cher et vous n’avez pas be­soin de tout ce ma­té­riel, même s’ils es­saient de vous le faire croire. Une trousse de pre­miers soins de base se dé­taille gé­né­ra­le­ment entre 25 $ et 50 $. »

« J’ai fait le test, ex­plique My­lène Bour­geois. Je me suis pro­cu­ré les ar­ticles qui sont re­com­man­dés par la CNESST et la trousse m’a coû­té moins de 100 $. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.