Se­mer ses four­ra­gères au mois d’août : pas fou!

Bon an mal an, de plus en plus de pro­duc­teurs choi­sissent le mois d’août pour éta­blir leurs prai­ries. C’est une tech­nique qui gagne du ter­rain.

La Terre de chez nous - - AGROMÉTÉO - — Eric Des­ro­siers, Sem­so­lu­tions inc. in­[email protected]

Que ce soit après la récolte d’une cé­réale de prin­temps ou d’au­tomne, ou même après une prai­rie af­fec­tée par le gel hi­ver­nal, il est pos­sible d’im­plan­ter une nou­velle prai­rie l’été ou plus pré­ci­sé­ment au mois d’août.

Pour­quoi pré­fé­rer les se­mis d’été?

Comme les se­mences sont se­mées à une pro­fon­deur de 0,5 à 1 cm, elles ont be­soin d’hu­mi­di­té pour ger­mer et pour dé­ve­lop­per leur sys­tème ra­ci­naire. Du­rant cette pé­riode de l’an­née, grâce aux écarts de tem­pé­ra­ture, il y a gé­né­ra­le­ment plus d’hu­mi­di­té ap­por­tée par les ro­sées. De plus, les se­mences sont moins af­fec­tées par les jour­nées chaudes.

Par ailleurs, le mois d’août n’est pas sur­char­gé par les tra­vaux aux champs, ce qui per­met de pla- ni­fier l’ap­pli­ca­tion de chaux et d’élé­ments nu­tri­tifs se­lon l’ana­lyse de sol et de maxi­mi­ser les chances de faire un se­mis de qua­li­té. Cette tech­nique s’ap­plique très bien au se­mis di­rect. Comme les mau­vaises herbes sont moins pré­sentes du­rant cette pé­riode, on peut les contrô­ler plus fa­ci­le­ment et ré­duire les pas­sages aux champs.

La prai­rie a le temps de s’éta­blir, ce qui per­met une pre­mière coupe avec plus de ren­de­ment le prin­temps sui­vant. L’éta­blis­se­ment d’un cou­vert vé­gé­tal pour pas­ser l’hi­ver aide aus­si à li­mi­ter l’éro­sion des sols.

Fac­teurs de réus­site

Se­mer sans plante-abri; Se­mer la lu­zerne six se­maines avant un gel mor­tel afin qu’elle soit en me­sure de sur­vivre à l’hi­ver;

Se­mer sur un sol ferme et faire at­ten­tion de ne pas trop le tra­vailler en pro­fon­deur pour évi­ter d’as­sé­cher in­uti­le­ment le ter­rain;

S’as­su­rer d’un bon contact entre le sol et la se­mence pour fa­vo­ri­ser la ger­mi­na­tion. Les chances de réus­site se­ront op­ti­mi­sées si le sol est hu­mide.

Voi­ci une belle fa­çon de maxi­mi­ser ses chances de succès pour l’éta­blis­se­ment de ses plantes four­ra­gères en ré­par­tis­sant le risque et en s’as­su­rant des ren­de­ments de qua­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.