Comment va In­ter­net dans ta cam­pagne?

La Terre de chez nous - - JEUX MA PASSION AGRICOLE SUDOKU - CA­RO­LINE COR­MIER

Il m’ar­rive de rê­ver de re­tour­ner vivre dans les an­nées 70 et 80 au temps ou In­ter­net n’exis­tait pas! Mais dans ce cas, il fau­drait que je me trouve un autre mé­tier. Au­jourd’hui, In­ter­net est un ser­vice es­sen­tiel. Je ne peux pas con­ce­voir qu’en 2018, des fermes de la Mon­té­ré­gie n’aient pas en­core un ac­cès ac­cep­table au ré­seau In­ter­net.

Dans ma cam­pagne éloi­gnée de SaintZé­non dans La­nau­dière, In­ter­net haute vi­tesse n’est dis­po­nible que sur la route prin­ci­pale. Ma fa­mille et moi avions donc deux choix que nous avons fi­na­le­ment es­sayés.

Le su­per 3 Go de Bell (de 2009 à 2012) :

3 Go, c’est très vite pas­sé lors­qu’on est six. Étant de na­ture ul­tra­con­nec­tée, les en­fants et mon gen­til ma­ri étaient en manque le di­manche soir quand on re­ve­nait en ville. Ils dé­bar­quaient du char en cou­rant; pas pour se rendre aux toi­lettes, mais pour re­gar­der des vi­déos sur You­Tube. Il fal­lait al­ler de­hors pour se connec­ter à cer­tains sites Web. Du gros fun à -40 °C en hi­ver.

Ma fille avait don­né le code du Wi­Fi aux in­vi­tés et on a dû payer un sur­plus de 70 $ pour un mois.

Après cette ex­pé­rience, nous avons dé­ci­dé de chan­ger de four­nis­seur et d’avoir In­ter­net par sa­tel­lite (ben oui, ça existe en­core). Nous sommes chan­ceux parce que nous sommes sur le bon bord pour ins­tal­ler la cou­pole. Par contre, ça vient aus­si avec des contraintes : Mer­ci, ché­ri, d’al­ler pel­le­ter le toit quand il fait -1 000 °C pour nous re­don­ner ac­cès au ré­seau. Car oui, il faut pel­le­ter cette su­per­an­tenne! Hé! Toi, l’ado, qui ne com­mu­nique que par Ins­ta­gram! Tu prends beau­coup d’In­ter­net en fai­sant dé­fi­ler les images ra­pi­de­ment. Dé­so­lée, Na­ta­cha, mais je vais t’ap­pe­ler comme dans l’an­cien temps, car la connexion vi­déo ne fonc­tionne pas. Les en­fants, ne don­nez pas l’ac­cès du Wi­Fi à la vi­site parce qu’on ne fe­ra pas le mois.

Chez nous, nous avons la po­lice du nombre de Go : il s’ap­pelle Marc. Il re­garde qui a uti­li­sé le plus In­ter­net. Pour ma part, je me suis abon­née à l’in­fo­lettre de ma ré­gion et chaque fois qu’il y a une nou­velle qui an­nonce qu’In­ter­net haute vi­tesse s’en vient, je

ca­pote ma vie.

La bonne nou­velle, c’est que main­te­nant, les en­fants ont des cel­lu­laires et ça nous ajoute des Go sup­plé­men­taires à notre for­fait men­suel. Par contre, ils vont pas­ser leur for­fait dans l’au­to en s’en al­lant au cha­let, avec une pe­tite pause, car il y a une zone morte dans le parc des Sept-Chutes.

Et toi, comment se porte In­ter­net dans ta cam­pagne?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.