La vie conti­nue chez les Ro­bi­taille

La Terre de chez nous - - MA FAMILLE AGRICOLE - ANN-SO­PHIE GRA­VEL Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Après l’in­cen­die de la Ferme la Va­li­noise en 2012, le deuxième en 12 ans, Ger­vais Ro­bi­taille au­rait pu je­ter l’éponge et lais­ser tom­ber l’en­tre­prise qu’il pos­sé­dait avec son père et son frère. Il a plu­tôt dé­ci­dé d’ache­ter les parts de ce der­nier et de re­bâ­tir l’étable pour pour­suivre la pro­duc­tion lai­tière en 2014. Il a tou­te­fois re­cons­truit sous ses propres condi­tions, do­ré­na­vant de­ve­nu son propre pa­tron.

SAINT-HO­NO­RÉ — « J’avais l’op­por­tu­ni­té de re­faire la ferme comme je la vou­lais, alors je l’ai prise », ex­plique-t-il. Il a ins­tal­lé un ro­bot de traite afin de gar­der la qua­li­té de vie qu’il avait pen­dant les deux an­nées où il ne fai­sait pas d’agri­cul­ture. Il peut donc pro­fi­ter de la com­pa­gnie de ses trois en­fants tout en ayant une en­tre­prise très per­for­mante.

Il y a quelques an­nées, ceux-ci ve­naient le voir le ma­tin à l’étable pen­dant qu’il tra­vaillait, avant de par­tir à l’école. Main­te­nant, grâce à ses nou­velles ins­tal­la­tions, il peut pas­ser du temps avec eux et il com­mence le tra­vail seule­ment lors­qu’ils quittent la mai­son.

Ger­vais Ro­bi­taille s’oc­cupe de son trio une se­maine sur deux. Il en par­tage la garde avec leur mère, qui ha­bite à SaintHo­no­ré. Plus jeunes, les en­fants al­laient aus­si chez elle du­rant le temps des foins pour ne pas res­ter seuls pen­dant les longues jour­nées de tra­vail.

La nou­velle étable au sol en sable de M. Ro­bi­taille est très at­trayante pour ses en­fants. En en­trant dans le bâ­ti­ment, un gros bac de ca­mions et de jouets les at­tend. Ils aiment tout par­ti­cu­liè­re­ment al­ler voir les chats et les veaux et mon­trer l’étable à leurs amis.

Pour la troi­sième gé­né­ra­tion, rien n’est en­core dé­ci­dé. Ma­ga­lie, Ni­co­las et Jim­my ont res­pec­ti­ve­ment 10, 11 et 12 ans. Ils se consi­dèrent chan­ceux de gran­dir dans une ferme, mais leur in­té­rêt à re­prendre l’ex­ploi­ta­tion fa­mi­liale change chaque jour, sur­tout pour les gars, ra­conte M. Ro­bi­taille en riant. « Ma­ga­lie aime beau­coup les che­vaux ces temps-ci, alors elle veut re­prendre la ferme pour en faire une écu­rie », lance-t-il. Au­jourd’hui, il est pro­prié­taire ma­jo­ri­taire de l’en­tre­prise, mais son père en garde un pour­cen­tage. Ger­vais Ro­bi­taille ef­fec­tue quelques tra­vaux au centre équestre voi­sin qui ap­par­tient à son père; il fait no­tam­ment les foins.

Ger­vais, Ni­co­las et Jim­my Ro­bi­taille. L’étable est un ter­rain de jeux par­fait pour les trois en­fants de Ger­vais Ro­bi­taille.

Les en­fants de la fa­mille Ro­bi­taille, dont Ma­ga­lie, aiment par­ti­cu­liè­re­ment al­ler à l’étable pour voir les veaux et les chats.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.