L’UPA se veut un ac­teur de l’éco­no­mie so­ciale

La Terre de chez nous - - ÉCONOMIE | SYNDICALISME AGRICOLE - ARIANE DES­RO­CHERS ades­ro­[email protected] la­terre.ca

Une étude com­man­dée par l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) ré­vèle que l’or­ga­ni­sa­tion syn­di­cale consacre 60 % de ses ac­ti­vi­tés à des ser­vices aux agri­cul­teurs s’ap­pa­ren­tant à de l’éco­no­mie so­ciale. Cette pro­por­tion at­teint 80 % chez les groupes af­fi­liés, tels que les Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec.

Le sou­tien ap­por­té aux membres, tant en comp­ta­bi­li­té et fis­ca­li­té qu’en em­ploi ou en pré­ven­tion, sont quel­que­suns des exemples re­cen­sés dans cette ana­lyse de l’Ins­ti­tut de re­cherche en éco­no­mie contem­po­raine (IRÉC) et de la Co­opé­ra­tive de so­li­da­ri­té Car­bone. « [Nos chiffres re­posent] sur l’ana­lyse des tâches, ce à quoi les [em­ployés] consacrent leur éner­gie », pré­cise le di­rec­teur gé­né­ral de l’IRÉC, Ro­bert La­plante, qui signe l’étude avec l’ex­pert en agroa­li­men­taire Re­naud Sans­car­tier.

Ser­vices col­lec­tifs

Le di­rec­teur gé­né­ral de l’UPA, Char­lesFé­lix Ross, est heu­reux de pou­voir chif­frer la contri­bu­tion de son or­ga­ni­sa­tion à la col­lec­ti­vi­té. « La per­cep­tion de bien des gens par rap­port à l’Union, c’est qu’on est un gros syn­di­cat qui fait des re­ven­di­ca­tions, men­tionne-t-il. Oui, c’est notre mis­sion pre­mière, mais on fait autre chose que ça et ce qu’on fait, c’est de l’éco­no­mie so­ciale. »

M. Ross donne l’exemple du trans­port du lait gé­ré par son re­grou­pe­ment d’agri­cul­teurs. « Ça se fait au bé­né­fice des membres; c’est gé­ré par une struc­ture dé­mo­cra­tique et l’ob­jec­tif n’est pas de faire de l’ar­gent, in­siste-t-il. Sans ça, le pro­duc­teur en Abi­ti­bi ou en Gas­pé­sie n’au­rait per­sonne pour al­ler cher­cher son lait ou la fac­ture se­rait pas mal plus sa­lée. »

En fait, pré­cise l’étude, la por­tion non syn­di­cale des ac­ti­vi­tés de l’UPA ré­pond pra­ti­que­ment à tous les cri­tères de l’éco­no­mie so­ciale. « Seul son sta­tut ju­ri­dique [de syn­di­cat] n’est pas conforme au cri­tère éta­bli par la Loi de l’éco­no­mie so­ciale », peut-on lire. Ce­la n’em­pêche pas les au­teurs de l’étude d’en­cou­ra­ger l’or­ga­ni­sa­tion à ap­pro­cher le Chan­tier d’éco­no­mie so­ciale pour tis­ser des liens avec lui.

En plus de rem­plir une mis­sion de re­pré­sen­ta­tion syn­di­cale, l’UPA consacre 60 % de ses res­sources à rendre ser­vice à ses membres.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.