La Fé­dé­ra­tion ho­nore ses bâ­tis­seurs

La Terre de chez nous - - SYNDICALISME AGRICOLE - Abi­ti­bi–Té­mis­ca­mingue ÉMÉLIE RIVARD-BOU­DREAU Cor­res­pon­dante ré­gio­nale re­dac­[email protected] la­terre.ca

Le 27 no­vembre, c’était jour de fête à l’oc­ca­sion de l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle (AGA) de la Fé­dé­ra­tion de l’UPA d’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue. Pour souf­fler ses 50 bou­gies, l’or­ga­ni­sa­tion a ho­no­ré ses bâ­tis­seurs tout en rap­pe­lant les dif­fé­rents com­bats qu’elle a me­nés et qu’elle mène tou­jours pour la sub­sis­tance de l’agri­cul­ture en ré­gion nor­dique.

ROUYN-NO­RAN­DA — En 1968, l’Union ca­tho­lique des culti­va­teurs (UCC) du Té­mis­ca­mingue et l’UCC du dio­cèse d’Amos ont fu­sion­né pour for­mer la Fé­dé­ra­tion de l’UCC du Nord-Ouest qui, en 1976, a pris le nom de la Fé­dé­ra­tion de l’UPA d’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue. De­puis, onze pré­si­dents et une pré­si­dente l’ont re­pré­sen­tée et ils ont tous été ho­no­rés lors d’un ban­quet qui ras­sem­blait près de 200 per­sonnes, à Rouyn-No­ran­da.

Avec sa verve bien connue, Fran­çois Gen­dron n’a pu pas­ser sous le si­lence les quatre fois où il a cou­pé un ru­ban pour an­non­cer l’ou­ver­ture d’un abat­toir. « À La Sarre, à Amos, à Ville-Ma­rie et un deuxième à La Sarre, a énu­mé­ré l’an­cien mi­nistre de l’Agri­cul­ture et dé­pu­té d’Abi­ti­bi-Ouest. Juste avec Ro­bert Bou­let [pré­sident de 1977 à 1982], j’en ai cou­pé trois! Ça avait pris pas mal de re­ven­di­ca­tions conjointes pour ob­te­nir ça et au­jourd’hui, en 2018, on a en­core le même pro­blème de ne pas avoir d’abat­toir de type A. »

Un autre an­cien mi­nistre de l’Agri­cul­ture, éga­le­ment ori­gi­naire de l’Abi­ti­bi, était aus­si de la cé­lé­bra­tion. Pour Ré­my Tru­del, les 50 ans de la Fé­dé­ra­tion dé­montrent que la so­li­da­ri­té agri­cole rend pos­sible l’exis­tence des pe­tites uni­tés de pro­duc­tion dans les ré­gions. « Au­jourd’hui, le lait de la seule ferme qui reste à Ro­che­bau­court, trans­por­té à Mon­tréal, est exac­te­ment au même prix que ce­lui qui l’est de Rou­ville jus­qu’à Mon­tréal. Pour­quoi? Parce qu’on a fait de la mise en mar­ché au ni­veau col­lec­tif », a-t-il don­né en exemple.

D’ailleurs, les ac­tions col­lec­tives ont été au coeur des sou­ve­nirs évo­qués lors de la cé­lé­bra­tion, no­tam­ment par la voix du conteur et « che­vau­cheur d’ori­gnal » Guillaume Beau­lieu. L’au­dience s’est entre autres rap­pe­lé que sans la mo­bi­li­sa­tion des pro­duc­teurs qui ont for­mé le mou­ve­ment des pa­roisses mar­gi­nales au mi­lieu des an­nées 1970, l’agri­cul­ture pra­ti­quée dans les rangs de l’Abi­ti­bi se­rait pro­ba­ble­ment dis­pa­rue, par­ti­cu­liè­re­ment à Ro­che­bau­court, tel que ci­té par Ré­my Tru­del.

Quel ave­nir?

Le 50e an­ni­ver­saire, qui était cé­lé­bré lors de l’AGA, était l’oc­ca­sion de mettre en lu­mière les en­jeux ac­tuels des membres. La liste est longue. Pour évi­ter l’ac­ca­pa­re­ment des terres abor­dables de l’Abi­ti­bi et du Té­mis­ca­mingue, l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) se pré­oc­cupe du sort des terres lais­sées en friche. Re­boi­se­ment? Re­mise en culture? Dans tous les cas, l’ap­pli­ca­tion de la Loi concer­nant la conser­va­tion des mi­lieux hu­mides et hy­driques pose pro­blème, se­lon le pré­sident Pas­cal Rheault. « On a 45 % de notre ter­ri­toire en Abi­ti­bi et 24 % au Té­mis­ca­mingue de mi­lieux hu­mides. Pour nos terres en friche, [la Loi] ne nous per­met plus de les amé­lio­rer ou de les drai­ner. Cer­taines ac­ti­vi­tés agri­coles de­vraient donc être exemp­tées d’une com­pen­sa­tion », a-t-il ex­pli­qué.

La Fé­dé­ra­tion re­ven­dique aus­si une meilleure adap­ta­tion des pro­grammes de ges­tion de risques aux réa­li­tés ré­gio­nales. Le pré­sident gé­né­ral de l’UPA, Mar­cel Gro­leau, ap­puie la ré­gion dans sa de­mande. Il ad­met ce­pen­dant que le mi­li­tan­tisme pas­sé de l’Union n’a peu­têtre pas fa­vo­ri­sé les pro­duc­teurs des ré­gions. « On a beau­coup axé l’aide sur la pro­duc­tion. Il faut main­te­nant sou­te­nir da­van­tage les en­tre­prises pour s’as­su­rer d’une meilleure oc­cu­pa­tion du ter­ri­toire. »

L’UPA d’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue, c’est 564 fermes et 917 agri­cul­teurs, dont 97 % sont membres de l’Union.

Un pa­nel de dis­cus­sion a per­mis de se re­mé­mo­rer plu­sieurs mo­ments im­por­tants de l’his­toire de la ré­gion. Sur cette pho­to, Ma­rie-Eve Jan­vier (ani­ma­trice), Ré­my Tru­del (an­cien mi­nistre de l’Agri­cul­ture) et deux an­ciens pré­si­dents, An­dré Ro­bi­taille et De­nis Ju­tras.

Le conteur Guillaume Beau­lieu a fait un sur­vol his­to­rique de l’agri­cul­ture en Abi­ti­bi et au Té­mis­ca­mingue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.