Chi­cane de contin­gents

La Terre de chez nous - - LA UNE - JU­LIE MER­CIER ju­mer­[email protected] la­terre.ca Les fro­mages eu­ro­péens à pâte molle spé­cia­li­sés se rendent dif­fi­ci­le­ment dans les ma­ga­sins ca­na­diens.

Plu­tôt que de di­ver­si­fier l’offre de pro­duits fro­ma­gers sur le mar­ché qué­bé­cois et ca­na­dien, l’Ac­cord éco­no­mique et com­mer­cial glo­bal (AECG) avec l’Union eu­ro­péenne (UE) ouvre grande la porte à des com­pé­ti­teurs di­rects des fro­mages d’ici.

C’est ce que ré­vèlent les plus ré­centes don­nées d’im­por­ta­tion d’Af­faires mon­diales Ca­na­da confir­mant que le ched­dar et le par­me­san, deux fro­mages lar­ge­ment pro­duits ici, consti­tuent les prin­ci­paux bé­né­fi­ciaires des ac­cès de l’AECG.

« La pro­messe d’une plus grande va­rié­té de pro­duits spé­cia­li­sés eu­ro­péens s’est ré­vé­lée être une pro­messe en l’air », dé­nonce l’As­so­cia­tion des trans­for­ma­teurs lai­tiers du Ca­na­da (ATLC). Cette der­nière re­groupe les prin­ci­paux trans­for­ma­teurs au pays.

À terme, le Ca­na­da a ac­cep­té d’oc­troyer des droits d’ac­cès (contin­gents ta­ri­faires ou CT) de 16 000 000 kg aux fro­mages fins eu­ro­péens. Pour l’an­née 2018, l’ac­cès au mar­ché ca­na­dien s’élève à 5 333 000 kg. Fin oc­tobre, le taux d’uti­li­sa­tion (rem­plis­sage) des contin­gents dé­pas­sait à peine les 50 %, ré­vèlent les don­nées du gou­ver­ne­ment. Au dé­but du mois de dé­cembre, le taux avait bon­di à 80 %. Pour le fro­mage in­dus­triel, la si­tua­tion s’avère com­plè­te­ment dif­fé­rente alors que le taux de rem­plis­sage des li­cences ex­cède à peine les 7 %.

Ot­ta­wa cri­ti­quée

Pour l’ATLC, cette pre­mière an­née de l’AECG avec l’UE consti­tue une ex­pé­rience trou­blante. L’or­ga­ni­sa­tion cri­tique par­ti­cu­liè­re­ment le par­tage des li­cences d’im­por­ta­tion. Ot­ta­wa avait pro­mis aux trans­for­ma­teurs lai­tiers de leur ré­ser­ver la moi­tié des nou­veaux quo­tas d’im­por­ta­tion de fro­mages eu­ro­péens. Un an plus tard, cette pro­messe ne s’est pas concré­ti­sée alors que les dé­taillants, cour­tiers et sur­trans­for­ma­teurs grugent une part plus grande des contin­gents, dé­nonce l’As­so­cia­tion.

« C’est une ques­tion de com­pen­sa­tions. Nous sommes les seuls à vou­loir mi­ni­mi­ser les im­pacts des im­por­ta­tions sur le mar­ché do­mes­tique. Les trans­for­ma­teurs n’ont au­cun in­té­rêt à im­por­ter des fro­mages dé­jà pro­duits ici et à fer­mer des lignes de pro­duc­tion », a in­di­qué à La

Terre le pré­sident et chef de la di­rec­tion de l’ATLC, Ma­thieu Fri­gon.

Af­faires mon­diales Ca­na­da per­siste à dire que 50 % du contin­gent ta­ri­faire de l’AECG dis­po­nible a été at­tri­bué à des fa­bri­cants de fro­mage. La liste des dé­ten­teurs de ces nou­veaux quo­tas d’im­por­ta­tion en re­cense 63, dont Agro­pur, Par­ma­lat, Sa­pu­to et Kraft Heinz, et à peu près toutes les fro­ma­ge­ries de moyenne et de grande taille de la pro­vince. Du cô­té des dé­taillants et des dis­tri­bu­teurs, la liste en com­prend 200, dont Cost­co, Wal-Mart, Lo­blaws, Me­tro et So­beys. Im­pos­sible tou­te­fois de connaître la part des contin­gents at­tri­buée à cha­cun.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.