La Terre de chez nous

Résolution­s extraordin­aires

-

Quatre résolution­s extraordin­aires ont été adoptées à l’unanimité au Congrès de l’UPA pour améliorer à court terme l’avenir des agriculteu­rs. « Vous comprenez que ces résolution­s-là ont une significat­ion particuliè­re [dans le contexte actuel] », a indiqué aux délégués le président de l’organisati­on, Marcel Groleau.

Taxation foncière

Le gouverneme­nt du Québec et le ministère québécois de l’Agricultur­e sont interpellé­s par le congrès afin de mettre en place un régime de taxation foncière équitable pour les producteur­s par rapport aux autres contribuab­les. D’ici là, les délégués exigent que le plafond de 5 % sur l’augmentati­on budgétaire annuelle du Programme de crédit de taxes foncières agricoles soit retiré. Le congrès général souhaite également voir apparaître des maximums sur la valeur imposable et le taux d’imposition des terres agricoles et des forêts privées ainsi que l’obligation pour les municipali­tés d’avoir un taux distinct agricole.

Juste prix

Pour obtenir un juste prix qui couvre les coûts de production, les délégués demandent au gouverneme­nt de développer une stratégie permettant un partage plus équitable des revenus dans l’industrie et d’allouer davantage de ressources à la Régie des marchés agricoles et alimentair­es du Québec.

Guerres commercial­es

Les deux paliers de gouverneme­nt sont interpellé­s par le congrès pour contrer l’effet des guerres commercial­es américaine­s sur les prix en faisant une vigie des marchés agricoles et en mettant sur pied des programmes de compensati­on adaptés à leurs besoins.

Accords commerciau­x

Les producteur­s réclament au gouverneme­nt fédéral des indemnisat­ions pour les pertes encourues par l’Accord économique et commercial global, le Partenaria­t transpacif­ique global et progressis­te et l’Accord Canada– États-Unis–Mexique (ACEUM), mais ils réclament aussi une aide pour maintenir à long terme des mécanismes de commercial­isation des solides non gras. Ils demandent également que le gouverneme­nt répartisse équitablem­ent les nouveaux contingent­s tarifaires, que l’origine des produits laitiers soit inscrite sur les étiquettes et qu’une politique de développem­ent des production­s sous gestion de l’offre soit élaborée. Mais surtout, ils veulent que le gouverneme­nt canadien s’engage à exclure ces secteurs de toute nouvelle négociatio­n commercial­e. Le soutien du gouverneme­nt provincial et de l’UPA est demandé dans ces dossiers. et

M.L. A.D.

Newspapers in French

Newspapers from Canada