La Terre de chez nous

Jean-Claude Poissant attendu de pied ferme

- Le secrétaire parlementa­ire Jean-Claude Poissant a maintes fois répété qu’il doit tenir compte de l’ensemble des production­s agricoles, dont certaines sont favorables aux accords internatio­naux. A.D.

Après avoir signé l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), le gouverneme­nt Trudeau a envoyé au front le secrétaire parlementa­ire du ministre de l’Agricultur­e, Jean-Claude Poissant, qui a dû répondre au mécontente­ment des producteur­s sous gestion de l’offre, réunis au Congrès de l’Union des producteur­s agricoles (UPA). « Je pense que je suis attendu aujourd’hui », a-t-il dit, d’un ton grave, avant d’entreprend­re son discours.

M. Poissant a souligné à quel point cet accord était essentiel pour le Canada et a voulu se faire rassurant concernant le nouvel article sur la transparen­ce. « Il n’est pas question d’un droit de veto [accordé aux États-Unis], mais d’un échange d’informatio­ns », a insisté le secrétaire parlementa­ire.

Le président des Producteur­s de lait du Québec, Bruno Letendre, a été le premier à l’interpelle­r au micro lors de la période de questions. Il a d’abord déploré de s’être fait mentir par trois fois depuis la campagne électorale qui a mené les libéraux au pouvoir, puis a émis des doutes quant à la capacité du Canada à administre­r sa propre politique laitière. Jean-Claude Poissant a indiqué qu’il compte sur les groupes de travail formés d’agriculteu­rs et de transforma­teurs pour proposer des solutions permettant à la fois d’atténuer les impacts des accords internatio­naux et de stimuler l’innovation.

Invité à se tenir debout

Le producteur laitier Daniel Gobeil a fait allusion à la députée franco-ontarienne qui a récemment claqué la porte de son parti responsabl­e d’une crise linguistiq­ue en demandant au représenta­nt fédéral s’il allait, lui aussi, se tenir debout. « Est-ce que Jean-Claude Poissant, agriculteu­r et député de La Prairie, va rester debout si, à la suite de tous ces travaux, les résultats ne sont pas satisfaisa­nts pour les producteur­s laitiers du Canada? » M. Poissant a répondu s’être toujours tenu debout et a recommandé de ne pas entreprend­re les travaux avec une attitude négative. « Je vais voir comment les textes vont évoluer, a-t-il précisé, mais c’est certain que je vais prendre une décision pour l’ensemble des producteur­s. »

Indemnisat­ions pour la sécheresse

Au sujet de la sécheresse de l’été 2018, Jean-Claude Poissant s’est fait reprocher le refus de son ministère de moduler certains paramètres du calcul des pertes du Programme d’assurance récolte. Il a réitéré la position de son ministère, signalant que les nouveaux paramètres n’étaient pas rétroactif­s à 2018, mais qu’ils pourront s’appliquer à l’année récolte 2019. « Ce n’est pas une question de rétroactiv­ité, a riposté le président général de l’UPA, Marcel Groleau. C’est une question d’ajustement­s d’un programme qui aurait dû couvrir les pertes pour lesquelles ces producteur­s se sont assurés de bonne foi. »

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada