Mer­ci, Mon­sieur Gau­det!

La Terre de chez nous - - À LA UNE - Les soeurs Isa­belle et Ch­ris­tine Gau­det ont as­sis­té au vi­brant hom­mage ren­du à leur père, l’an­cien pré­sident de l’UPA Pierre Gau­det.

Émues aux larmes au Con­grès de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) le 5 dé­cembre, les soeurs Gau­det ont as­sis­té au vi­brant hom­mage ren­du à leur père, l’an­cien pré­sident de l’or­ga­ni­sa­tion Pierre Gau­det. L’homme a tra­gi­que­ment per­du la vie dans un ac­ci­dent de la route le 20 sep­tembre der­nier. Il avait 67 ans.

Fières

As­sises par­mi les 320 dé­lé­gués, Isa­belle et Ch­ris­tine Gau­det, étaient émues. « Je suis fière du tra­vail ac­com­pli. Ça confirme que notre pa­pa était bel et bien le meilleur pour nous », a men­tion­né l’aî­née, Isa­belle Gau­det. « Je suis vrai­ment ho­no­rée que son ap­port au dé­ve­lop­pe­ment de l’agri­cul­ture ait été sou­li­gné. Nous sa­vions de­puis long­temps qu’il était un grand homme, mais pour nous, c’est ce­lui qui nous a conso­lées et épau­lées toute notre vie », a ren­ché­ri sa ca­dette, Ch­ris­tine.

Pierre Gau­det est l’un de ceux qui ont réus­si à écrire cer­taines pages de l’His­toire agri­cole et mu­ni­ci­pale du Qué­bec, avait af­fir­mé l’ac­tuel pré­sident de l’UPA, Mar­cel Gro­leau, au mo­ment de la tra­gé­die.

Ha­bile com­mu­ni­ca­teur

Pierre Gau­det a no­tam­ment été le plus jeune pré­sident que l’Union ait connu, de 1979 à 1981. Par la suite, il a oc­cu­pé le poste de 1er vice-pré­sident de l’or­ga­ni­sa­tion de 1987 à 1993. « Quand il était à l’UPA, notre père était tou­jours très oc­cu­pé. Tout le monde le ré­cla­mait pour tout. Même en va­cances, les gens l’in­ter­pel­laient pour lui po­ser des ques­tions. […] Il était exi­geant en­vers lui­même, mais aus­si avec nous. Lors­qu’on était jeunes, plu­sieurs per­sonnes ve­naient à la mai­son pour di­vers pro­blèmes et pa­pa a tou­jours gar­dé la porte grande ou­verte », ont men­tion­né ses filles.

Pierre Gau­det était un homme au­da­cieux, avant­gar­diste et humble, un ha­bile com­mu­ni­ca­teur « un brin ba­veux ». Il avait un franc-par­ler et une fa­ci­li­té à mettre en va­leur les forces de tout un cha­cun dans les dos­siers qu’il pi­lo­tait.

Pierre Gau­det a aus­si été l’un des pre­miers pro­duc­teurs à pro­mou­voir l’agri­cul­ture bio­lo­gique au Qué­bec et à la pra­ti­quer. Il a d’ailleurs été membre fon­da­teur et 3e pré­sident de la Fé­dé­ra­tion d’agri­cul­ture bio­lo­gique du Qué­bec (FABQ). L’aide à la re­lève et la pro­mo­tion des cultures émer­gentes ont par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué ses man­dats. Puis, en 1991, il s’est lan­cé en po­li­tique mu­ni­ci­pale.

La pomme ne tombe ja­mais bien loin de l’arbre. Si Isa­belle Gau­det tra­vaille en ville, sa soeur Ch­ris­tine ex­ploite une ferme lai­tière, co­or­donne la co­opé­ra­tive de so­li­da­ri­té de ser­vices de rem­pla­ce­ment agri­cole et « juste pour être sûre d’avoir pris la re­lève comme il faut », elle est con­seillère mu­ni­ci­pale, comme l’a été son père pen­dant 27 ans.

« Je me sou­viens quand j’ai fait mon cours en agri­cul­ture à Vic­to­ria­ville. Les pro­fes­seurs étaient tous im­pres­sion­nés que je sois la fille de Pierre Gau­det et j’avais pris l’ha­bi­tude de dire d’em­blée : Oui, c’est mon père. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.