Un mau­vais choix de gou­pille peut être meur­trier

La Terre de chez nous - - PRÉVENTION - M.M.

Le rap­port d’ex­per­tise du Centre mé­tal­lur­gique du Qué­bec a ré­vé­lé que la gou­pille res­pon­sable de la mort de Steev La­rose af­fi­chait un dia­mètre dif­fé­rent de ce­lui de la ma­nille, soit 25 mm (1 po), contre 20 mm (3/4 po). Cette gou­pille pro­ve­nait d’une autre ma­nille de ca­pa­ci­té in­fé­rieure. Non seule­ment elle était plus faible, mais son dia­mètre était trop pe­tit par rap­port à l’ori­fice de la barre d’at­tache du trac­teur. Sous l’ef­fort, la gou­pille a alors for­cé en dia­go­nale, une charge non ré­par­tie dans le jar­gon, ce qui a ré­duit de 50 % sa ré­sis­tance à la rup­ture. Autre in­for­ma­tion per­ti­nente : le câble at­ta­ché à la ma­nille n’était pas au centre de l’anse de cette der­nière. Or, lors­qu’une ma­nille est char­gée vers le haut ou le bas, elle perd entre 30 % et 50 % de sa ca­pa­ci­té.

Le dia­mètre in­suf­fi­sant de la gou­pille crée un point de pres­sion à l’ori­gine du bris, car il est trop pe­tit par rap­port à l’ori­fice de la barre d’at­tache du trac­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.