Sa­voir d’où l’on vient pour sa­voir où l’on va

La Terre de chez nous - - JEUX / MA PASSION AGRICOLE - CH­RIS­TINE AU­BIN

Pe­tite fille d’as­phalte, j’ai gran­di à Saint-Hu­bert en ban­lieue de Mon­tréal. Mes pa­rents tra­vaillaient en in­for­ma­tique et tout le reste de ma fa­mille avait un em­ploi plu­tôt ur­bain. À ma connais­sance, per­sonne de près ou de loin n’avait de ferme.

Par contre, j’ai tou­jours éprou­vé un amour in­con­di­tion­nel pour les ani­maux. J’en ai fait mon mé­tier : tech­ni­cienne en san­té ani­male. En 2004, ma vie a été com­plè­te­ment cham­bou­lée. Après quelques conver­sa­tions in­at­ten­dues sur Ré­seau Contact, le 9 jan­vier, j’al­lais ren­con­trer pour la pre­mière fois un pur in­con­nu du nom de Ré­mi.

Ce beau grand jeune homme de 20 ans, 6 pi 1 po, avec une car­rure d’ar­moire à glace, n’était rien de moins qu’un pro­duc­teur lai­tier. Ç’a été le coup de foudre. Il m’a em­me­née dans son monde, un monde fas­ci­nant avec le­quel je suis tom­bée sous le charme. Six mois plus tard, j’em­mé­na­geais avec lui à la cam­pagne. Qui prend ma­ri, prend pays. Mais croyez-moi, par­ta­ger sa vie avec un pro­duc­teur lai­tier, c’est tout un pays!

Il y a un an, j’ai dé­ci­dé de faire le grand saut. J’ai quit­té mon em­ploi pour tra­vailler à temps plein à la ferme de mon ma­ri. Jus­qu’à tout ré­cem­ment, j’avais le syn­drome de l’im­pos­teur. Oui, je tra­vaille en agri­cul­ture, mais j’avais de la dif­fi­cul­té à dire que j’étais une pro­duc­trice. Mes ra­cines ne viennent pas de là. Comment pou­vais-je me don­ner ce titre? Ce­lui-ci était, à mes yeux, ré­ser­vé aux pro­prié­taires d’en­tre­prises qui pro­ve­naient de fa­milles de pro­duc­teurs de gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion.

Il y a quelques se­maines, une ba­nale pho­to a tout chan­gé. Ma mère m’a en­voyé un ca­deau in­es­ti­mable, une pho­to qui me per­met­trait en­fin de me sen­tir une vraie agri­cul­trice. On y voit mon ar­rière-grand-mère Berthe Car­rière qui est de­bout der­rière un trac­teur. Ima­gi­nez-vous donc qu’elle était non seule­ment une agri­cul­trice, mais aus­si pro­duc­trice lai­tière. Moi, la pe­tite fille de ville, j’avais des an­cêtres pro­duc­teurs! J’ai main­te­nant le bon­heur de dire que je suis une agri­cul­trice et que je vais faire hon­neur aux gens de ma li­gnée. Après tout, si mes en­fants ont la fibre agri­cole et veulent de­ve­nir pro­duc­teurs, ça vient peut-être des gènes de leur mère!

Berthe Car­rière, agri­cul­trice et pro­duc­trice lai­tière, est de­bout der­rière le trac­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.