La Terre de chez nous

Une érosion de la confiance

- J.M.

Selon la plus récente étude du Centre canadien pour l’intégrité alimentair­e, la confiance du public à l’égard de l’approvisio­nnement en produits alimentair­es canadiens s’érode. « La viande n’a pas bonne presse. Les activistes ont une chambre de résonance assez forte. Il y a un déficit de communicat­ion à relever en filière », résume Gaëlle Leruste, directrice des Affaires gouverneme­ntales pour l’Associatio­n des détaillant­s en alimentati­on du Québec.

Chaque année, le Centre mesure l’attitude du public à l’égard de la filière agroalimen­taire. L’édition 2018 révèle que près de la moitié (49 %) des consommate­urs interrogés sont sensibles au traitement humain des animaux de ferme. Près des deux tiers (58 %) sont fortement d’accord pour affirmer qu’ils n’ont aucun problème à consommer de la viande, du lait et des oeufs si les animaux sont traités décemment et humainemen­t. En contrepart­ie, 61 % se disent incertains que la viande canadienne provient d’animaux traités humainemen­t.

Newspapers in French

Newspapers from Canada