Les in­éga­li­tés de re­ve­nus à tra­vers le Ca­na­da

La Terre de chez nous - - DE L'ÉCOLE À LA TERRE - MA­RIE-CLAUDE OUEL­LET Agence Science-Presse

Lors­qu’on traite d’éco­no­mie ca­na­dienne dans les mé­dias, on fait sou­vent ré­fé­rence aux re­ve­nus qui dif­fèrent d’une ré­gion à l’autre du pays. De­puis une quin­zaine d’an­nées, Sé­bas­tien Breau, pro­fes­seur agré­gé en géo­gra­phie éco­no­mique à l’Uni­ver­si­té Mc­Gill, s’in­té­resse à l’évo­lu­tion de ces dis­pa­ri­tés ré­gio­nales. « Il est clair que les re­ve­nus ne sont pas ré­par­tis éga­le­ment entre les dif­fé­rentes ré­gions ca­na­diennes [les pro­vinces de l’At­lan­tique, le centre du Ca­na­da, les pro­vinces des Prairies, la côte ouest, les ter­ri­toires du Nord] », sou­ligne-t-il.

De­puis le dé­but des an­nées 1990, on ob­serve une hausse im­por­tante des in­éga­li­tés de re­ve­nus au ni­veau na­tio­nal, mais aus­si entre les ré­gions. Bien qu’il n’y ait pas de consen­sus quant aux fac­teurs res­pon­sables de cette hausse des in­éga­li­tés, on peut l’at­tri­buer à la mon­dia­li­sa­tion et aux dif­fé­rences exis­tant entre les ré­gions ca­na­diennes (ni­veau d’édu­ca­tion, com­po­si­tion de l’in­dus­trie, taux de chô­mage, nombre de femmes sur le mar­ché du tra­vail et vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion).

Heu­reu­se­ment, il semble y avoir une nou­velle vo­lon­té de la part du gou­ver­ne­ment ca­na­dien de s’at­ta­quer à ces dis­pa­ri­tés ré­gio­nales. Comme l’ex­plique M. Breau : « Le fé­dé­ral en­vi­sage de re­voir ses po­li­tiques de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique afin d’ai­der da­van­tage les ré­gions ayant un faible taux de crois­sance, par­ti­cu­liè­re­ment du cô­té des ré­gions ru­rales. Il est grand temps de re­voir les po­li­tiques de dé­ve­lop­pe­ment ré­gio­nal au pays, car il n’y a pas eu d’ef­fort de concer­ta­tion de­puis la créa­tion des agences ré­gio­nales de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique vers la fin des an­nées 1980. »

La grande in­ver­sion

Dans le cadre de ses re­cherches, le cher­cheur d’ori­gine néo-bruns­wi­ckoise et ses col­lègues se sont aus­si pen­chés sur les dis­pa­ri­tés de re­ve­nus entre les ré­gions ru­rales et ur­baines au Ca­na­da. « Nous avons consta­té qu’au cours des 30 der­nières an­nées, les tra­jec­toires d’in­éga­li­tés ont bien chan­gé : alors qu’en 1981 les in­éga­li­tés étaient plus mar­quées dans les ré­gions ru­rales que dans les ré­gions ur­baines, la ten­dance s’est in­ver­sée, de sorte qu’au­jourd’hui, ce sont les grands centres ur­bains qui pré­sentent les plus fortes in­éga­li­tés. »

Ils ont fait un constat trou­blant en com­pa­rant les re­ve­nus mé­dians* des in­di­vi­dus des ré­gions ru­rales et ur­baines : ils étaient net­te­ment moindres dans les ré­gions ru­rales et l’écart s’est ac­cen­tué entre 1981

et 2011. « Je crois qu’un des fac­teurs im­por­tants pour ex­pli­quer ces in­éga­li­tés est le vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion. Il est beau­coup plus pro­non­cé dans les ré­gions ru­rales. Ce pro­blème est par­ti­cu­liè­re­ment fla­grant au Nou­veau-Brunswick où les jeunes sont nom­breux à par­tir pour la ville. »

Des cam­pagnes pour re­te­nir les jeunes au Nou­veau-Brunswick ont été lan­cées par des po­li­ti­ciens pré­oc­cu­pés par cette ques­tion. « Mais pour at­teindre cet ob­jec­tif, il fau­drait aus­si in­ci­ter les jeunes

im­mi­grants et leur fa­mille à s’éta­blir dans les ré­gions ru­rales, es­time M. Breau. Par ailleurs, nous de­vrions mi­ser da­van­tage sur le rôle de l’agri­cul­ture, de l’ex­ploi­ta­tion res­pon­sable des res­sources na­tu­relles et de l’amé­lio­ra­tion du ser­vice d’In­ter­net à large bande en tant que mo­teurs du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique des ré­gions ru­rales. »

* Le re­ve­nu mé­dian di­vise la po­pu­la­tion en deux par­ties égales : 50 % de cette der­nière gagne plus et 50 % gagne moins.

Un vieux bâ­ti­ment de ferme au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.