Le ré­seau de la Coop en pleine mé­ta­mor­phose

La Terre de chez nous - - AFFAIRES - JU­LIE MER­CIER ju­mer­[email protected] la­terre.ca

La Coop fé­dé­rée, « la der­nière grande co­opé­ra­tive ca­na­dienne pré­sente dans l’ap­pro­vi­sion­ne­ment à la ferme », nage en pleine conso­li­da­tion de son ré­seau. Bap­ti­sé Vi­sion 2020, l’exer­cice sans pré­cé­dent vise à « ga­gner en agi­li­té com­mer­ciale ».

Tout l’au­tomne, les di­ri­geants de La Coop fé­dé­rée ont sillon­né la pro­vince dans le but de pré­sen­ter ce pro­jet, qui dé­coule du constat « qu’an­née après an­née, il y avait dé­gra­da­tion des per­for­mances fi­nan­cières des co­opé­ra­tives », ex­plique son pré­sident, Ghis­lain Ger­vais. Vi­sion 2020 se di­vise en deux vo­lets. Le pre­mier consiste en une conso­li­da­tion du ré­seau, le­quel pas­se­ra d’une qua­ran­taine de co­opé­ra­tives agri­coles à six ou sept grandes co­ops ré­gio­nales. Le deuxième cible la mise en place d’un par­te­na­riat de co­en­tre­prise entre La Coop fé­dé­rée et ses af­fi­liés. Il s’agit en fait d’un chan­ge­ment au mo­dèle d’af­faires tra­di­tion­nel gros­siste-dé­taillants, qui per­met­tra de mieux ser­vir les pro­duc­teurs sans in­ter­mé­diaire et de ne prendre qu’une marge au lieu de deux, in­dique M. Ger­vais.

Cette trans­for­ma­tion vise à as­su­rer la pé­ren­ni­té et le dé­ve­lop­pe­ment des co­opé­ra­tives en ré­gion. « C’est une re­mise en ques­tion de nos fa­çons de faire. C’est une pro­jec­tion dans le fu­tur. Il y a des conso­li­da­tions dans plu­sieurs mar­chés. Si on veut conti­nuer à faire de la crois­sance pour les pro­duc­teurs, il fal­lait qu’on ré­agisse plu­tôt que de mettre en pé­ril le fu­tur de l’or­ga­ni­sa­tion, sou­ligne le di­ri­geant. On est les gar­diens d’un pa­tri­moine. » Ghis­lain Ger­vais donne l’exemple de La Coop At­lan­tique dans les Ma­ri­times, « qui n’a pas su s’adap­ter » et qui a fer­mé ses livres en 2015.

Pour le pré­sident, le but de cette mé­ta­mor­phose ne consiste pas né­ces­sai­re­ment à at­teindre de meilleurs ré­sul­tats fi­nan­ciers. « On n’a pas mis de chiffres. On vise beau­coup plus l’agi­li­té », pré­cise-t-il. Néan­moins, lors de la der­nière as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de la Coop en fé­vrier 2018, M. Ger­vais avait fait état « d’éco­no­mies an­nuelles ré­cur­rentes de plu­sieurs mil­lions de dol­lars », au terme de l’exer­cice.

Sur le ter­rain

En pra­tique, Vi­sion 2020 for­me­ra des géants co­opé­ra­tifs. Dans plu­sieurs ré­gions, les re­grou­pe­ments ont dé­jà com­men­cé. Ain­si, le groupe coo­pé­ra­tif Vi­va­co est né de la fu­sion de La Coop des Bois-Francs et de celle des Ap­pa­laches en no­vembre 2015. Vi­va­co est la deuxième plus im­por­tante co­opé­ra­tive du ré­seau, avec un chiffre d’af­faires an­nuel de plus de 400 M$. En avril, les co­ops Agro­dor, Agri­vert, Pro­fid’Or et Uni­vert ont for­mé pour leur part La Coop No­va­go. Fi­na­le­ment, dans l’est de la pro­vince, la So­cié­té co­opé­ra­tive agri­cole de la Ri­vière-du-Sud, la So­cié­té co­opé­ra­tive agri­cole La Sei­gneu­rie, le Groupe coo­pé­ra­tif Dy­na­co et Uni­coop sont re­grou­pés de­puis oc­tobre au sein d’Avan­tis Co­opé­ra­tive, ce qui amène cette der­nière au pre­mier rang du ré­seau avec un chiffre d’af­faires conso­li­dé de plus de 500 M$. La nou­velle co­opé­ra­tive est pré­sente dans les ré­gions de Chau­dière-Ap­pa­laches, de la Ca­pi­tale-Na­tio­nale, de la Mau­ri­cie, des Lau­ren­tides, du Bas-Saint-Laurent et au Nou­veau-Bruns­wick.

Ras­su­rant

Jus­qu’à main­te­nant, la ré­ac­tion à ce chan­ge­ment en pro­fon­deur est bonne, as­sure Ghis­lain Ger­vais. D’ailleurs, Vi­sion 2020 ne pré­voit pas de perte d’em­plois. « Étant don­né la pé­nu­rie de main-d’oeuvre à la­quelle nous sommes ex­po­sés, nous avons be­soin de tout le monde. C’est un vaste chan­tier pour le­quel on mo­bi­lise beau­coup de res­sources », af­firme le di­ri­geant. Il sa­lue du même souffle le tra­vail de col­la­bo­ra­tion entre les ad­mi­nis­tra­teurs des dif­fé­rentes co­opé­ra­tives qui se sont as­sis en­semble pour « faire le constat que le mo­dèle ac­tuel est ren­du à sa li­mite» et voir « com­ment on peut de­meu­rer per­ti­nents pour nos membres ».

Son or­ga­ni­sa­tion se pré­oc­cupe du sen­ti­ment d’ap­par­te­nance. « On met sur pied un mé­ca­nisme d’ani­ma­tion de la vie as­so­cia­tive pour s’as­su­rer que les gens en ré­gion savent ce qui se passe au sein de leur co­opé­ra­tive. On ne veut pas se dé­na­tu­rer par ce pro­jet-là. On veut res­ter proches de nos va­leurs, de notre iden­ti­té co­opé­ra­tive et conti­nuer à être per­ti­nents pour nos membres », con­clut Ghis­lain Ger­vais, qui pro­met que le ni­veau de ser­vices se­ra main­te­nu.

Le pré­sident de La Coop fé­dé­rée, Ghis­lain Ger­vais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.