Un cri­tique de la ges­tion de l’offre dans l’en­tou­rage du mi­nistre

La Terre de chez nous - - POLITIQUE - MY­RIAM LAPLANTE EL HAÏLI mla­[email protected] la­terre.ca @My­riamLa­plan­teE

Alexandre Mo­reau, l’un des nou­veaux conseillers po­li­tiques du mi­nistre de l’Agri­cul­ture, An­dré La­mon­tagne, a ou­ver­te­ment cri­ti­qué la ges­tion de l’offre lors­qu’il tra­vaillait pour l’Ins­ti­tut éco­no­mique de Mon­tréal (IEDM), al­lant même jus­qu’à pro­po­ser son abo­li­tion.

Avant de joindre le ca­bi­net du mi­nistre La­mon­tagne en dé­cembre der­nier, Alexandre Mo­reau a oc­cu­pé le poste d’ana­lyste en po­li­tiques pu­bliques à l’IEDM du­rant quatre ans. Dans le cadre de ses fonc­tions, l’homme a ré­di­gé plu­sieurs études et textes d’opi­nion met­tant à mal la ges­tion de l’offre.

Dans un com­mu­ni­qué de presse de l’IEDM in­ti­tu­lé Ges­tion de l’offre contre bois d’oeuvre : un « deal »

ga­gnant-ga­gnant da­tant de mars 2017, il ex­plique que « les échanges com­mer­ciaux entre le Ca­na­da et les États-Unis ayant stag­né de­puis le dé­but des an­nées 2000, éli­mi­ner la ges­tion de l’offre et les ta­rifs sur le bois d’oeuvre se­rait un bon moyen de leur don­ner un nou­vel élan ». En fé­vrier 2018, il a cri­ti­qué la mé­tho­do­lo­gie d’une étude de 588 pages réa­li­sée par la firme de consul­tants en commerce in­ter­na­tio­nal de Pe­ter Clark, com­man­dée par les Pro­duc­teurs lai­tiers du Ca­na­da, qui ré­vé­lait que les pro­duc­teurs de lait amé­ri­cains re­ce­vaient 35 $ de l’hec­to­litre en sub­ven­tions. À La Terre, Alexandre Mo­reau avait af­fir­mé à l’époque que la mé­tho­do­lo­gie était er­ro­née et que les mon­tants dé­voi­lés étaient « un peu ab­surdes ». Pe­ter Clark avait alors ré­tor­qué que son ap­proche était même « conser­va­trice ». Plus ré­cem­ment, en mars 2018, la mise en mar­ché col­lec­tive en acé­ri­cul­ture a éga­le­ment fait l’ob­jet de plu­sieurs pu­bli­ca­tions de M. Mo­reau.

Au cou­rant

« J’étais au cou­rant de ces textes-là quand je l’ai ren­con­tré pour l’en­tre­vue ini­tiale, sou­ligne le di­rec­teur de ca­bi­net du mi­nistre, Sé­bas­tien Be­ne­dict. Mais il n’y a au­cune in­quié­tude à avoir. » Au sein du ca­bi­net, Alexandre Mo­reau ne s’oc­cu­pe­ra d’au­cun dos­sier re­la­tif à la ges­tion de l’offre, ni aux ac­cords com­mer­ciaux, ni à la fi­lière acé­ri­cole, af­firme-t-on. « De­puis le jour 1, on [la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec] a sou­te­nu qu’on al­lait pro­té­ger la ges­tion de l’offre et ça ne chan­ge­ra pas. Quand M. Mo­reau a ac­cep­té de se joindre à notre équipe, il a en­dos­sé en­tiè­re­ment cette po­si­tion », pour­suit M. Be­ne­dict. Ce der­nier ex­plique que ce sont ses connais­sances du mi­lieu, puis­qu’il est fils de pro­duc­teur lai­tier de la Beauce, ain­si que son ex­per­tise éco­no­mique qui ont me­né M. Mo­reau dans l’équipe du mi­nistre La­mon­tagne.

Les dos­siers qu’il trai­te­ra por­te­ront sur les taxes fon­cières agri­coles, la Com­mis­sion de pro­tec­tion du ter­ri­toire agri­cole du Qué­bec et plu­sieurs dos­siers en lien avec La Fi­nan­cière agri­cole du Qué­bec, « parce qu’il y a beau­coup de pro­grammes d’as­su­rance, beau­coup de pro­grammes avec des chiffres pré­cis pour les pro­duc­teurs », in­dique M. Be­ne­dict.

Alexandre Mo­reau a aus­si si­gné des textes écor­chant le sys­tème de contin­gen­te­ment dans le sec­teur acé­ri­cole.

Alexandre Mo­reau

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.