Une bonne cu­vée

La Terre de chez nous - - LA UNE - JOSIANNE DESJARDINS jdes­jar­[email protected] la­terre.ca

Les vi­gne­rons qui ont ré­col­té du rai­sin en dé­cembre sont sa­tis­faits de leur sai­son pour le vin de glace, agré­men­tée par le froid qui s’est ins­tal­lé dès no­vembre.

La cu­vée 2018 s’an­nonce pro­met­teuse, bien « qu’on ait été sur­pris par l’hi­ver qui est ar­ri­vé de bonne heure », sou­ligne d’em­blée Charles-Hen­ri de Cous­sergues, pro­prié­taire de l’Or­pailleur, à Dun­ham.

Le lea­der en pro­duc­tion de vins de glace au Qué­bec a ter­mi­né sa ré­colte le 26 dé­cembre, après un mois de no­vembre par­ti­cu­liè­re­ment froid. Une condi­tion ga­gnante pour faire res­sor­tir des arômes de fruits exo­tiques comme le lit­chi, dans ce pro­duit unique à base de rai­sins Vi­dal. Quelque 6 400 litres fer­mentent ac­tuel­le­ment dans les cuves du do­maine des Can­tons-de-l’Est.

Même son de cloche du cô­té du Vi­gnoble du Ma­ra­tho­nien, à Ha­ve­lock. « Le rai­sin était sain et beau. C’est ce qui va pro­ba­ble­ment nous don­ner de bons vins cette an­née. […] La qua­li­té semble être au ren­dez-vous », es­time Jean Jo­ly, le pro­prié­taire. Les moi­sis­sures ont ten­dance à faire leur ap­pa­ri­tion lors de re­doux, ce qui a pu être évi­té cet hi­ver en ré­col­tant en dé­cembre. Le vi­ti­cul­teur de la Mon­té­ré­gie a réus­si à pro­duire en­vi­ron 2 000 litres avec sa ré­colte de la mi-dé­cembre, soit un peu moins qu’à l’ha­bi­tude. C’est aus­si le cas pour l’Or­pailleur, où les rai­sins ont don­né moins de jus. Il n’y a pas né­ces­sai­re­ment de cause pré­cise pour ex­pli­quer cette va­ria­tion, in­dique M. de Cous­sergues.

Sau­ter une an­née

Le pro­prié­taire du Vi­gnoble Ri­vière du Chêne, à Saint-Eus­tache, ne pro­dui­ra pas de vin de glace cette an­née. Il a plu­tôt pré­fé­ré se consa­crer aux ven­danges tar­dives l’au­tomne der­nier, en ré­col­tant ses rai­sins avant le gel hi­ver­nal. Un choix que font aus­si d’autres pro­duc­teurs à tra­vers la pro­vince. Il s’agit d’une dé­ci­sion com­mer­ciale pour le vi­gne­ron Da­niel La­lande, qui pos­sède en­core plu­sieurs bou­teilles de son vin de glace en stock. C’est plu­tôt 840 litres de ven­danges tar­dives qui fer­mentent ac­tuel­le­ment dans ses cuves.

Charles-Hen­ri de Cous­sergues s’étonne en­core de pou­voir faire du vin dans des condi­tions aus­si ex­trêmes qu’au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.