Gé­rer la ferme du Cam­pus Mac­do­nald, un dé­fi mo­ti­vant

La Terre de chez nous - - DE L'ÉCOLE À LA TERRE - MA­RIE-CLAUDE OUELLET Agence Science-Presse

Paul Mel­drum est un vrai pas­sion­né. Après avoir me­né de front, pen­dant 22 ans, le mé­tier d’éle­veur de vaches lai­tières et de jour­na­liste spé­cia­li­sé en agri­cul­ture, il a été en­ga­gé par la ferme du Cam­pus Mac­do­nald en 2004. Et il en as­sure la di­rec­tion – avec un en­thou­siasme évident – de­puis 11 ans.

Cette ex­ploi­ta­tion construite en 1907 est la seule ferme lai­tière tou­jours en ac­ti­vi­té sur l’île de Mont­réal. En plus de la lai­te­rie, elle com­prend un pou­lailler, une por­che­rie, une mi­ni­ferme, des champs culti­vés, un centre de re­cherche en agro­no­mie et un autre en hor­ti­cul­ture. La mis­sion du Cam­pus Mac­do­nald est de fa­vo­ri­ser la re­cherche, l’en­sei­gne­ment et l’édu­ca­tion du pu­blic. « Si nous réus­sis­sons à me­ner à bien notre mis­sion, c’est grâce aux em­ployés, aux pro­fes­seurs et à notre “trou­peau d’étu­diants”, qui tra­vaillent tous en­semble pour at­teindre les mêmes ob­jec­tifs », ex­plique le di­rec­teur.

Une ferme en mi­lieu ur­bain

L’ex­ploi­ta­tion est très sou­cieuse de pré­ser­ver la qua­li­té de vie de ses voi­sins. Par exemple, on n’épand pas de fu­mier les fins de se­maine et les jours fé­riés et on avise avant d’ap­pli­quer des her­bi­cides. « J’ai re­mar­qué que nous ne re­ce­vons plus de plaintes de­puis que la ferme est ou­verte au pu­blic. Ça nous per­met d’en­tre­te­nir d’ex­cel­lentes re­la­tions avec nos voi­sins, car ils peuvent voir tout ce qu’on fait. On est comme dans un vaste aqua­rium et on n’a rien à ca­cher », ajoute M. Mel­drum en riant.

Utile et édu­ca­tive

Grâce au pro­jet Nour­rir McGill, plu­sieurs ali­ments pro­duits à la ferme sont ache­mi­nés vers les ca­fé­té­rias de l’Uni­ver­si­té McGill si­tuées au centre-ville. Les be­soins des étu­diants en viande ha­chée sont ain­si com­blés à en­vi­ron 20 %, ceux en fruits et lé­gumes en au­tomne le sont à 50 %, et ceux en oeufs sont sa­tis­faits à 100 %.

L’ex­ploi­ta­tion ac­cueille aus­si plus de 6 000 per­sonnes lors de vi­sites sco­laires, de camps d’été et de jour­nées portes ou­vertes. Le di­rec­teur est convain­cu de l’im­por­tance du rôle édu­ca­tif de « sa » ferme. « Il faut voir les yeux des en­fants s’écar­quiller, ra­conte-t-il, lors­qu’ils dé­couvrent que le lait vient des vaches et non du ma­ga­sin! » Se­lon lui, ces vi­sites donnent le goût à cer­tains jeunes de s’ins­crire au Cam­pus Mac­do­nald et d’as­su­rer la re­lève. Il se dit d’ailleurs très im­pres­sion­né par le ni­veau d’im­pli­ca­tion de ses étu­diants à la ferme. Alors qu’on en­tend sou­vent dire que les mil­lé­na­riaux sont pa­res­seux et égo­cen­triques, M. Mel­drum les trouve in­tel­li­gents et vaillants. « Cer­tains ar­rivent à la ferme à 5 h du ma­tin pour traire les vaches, même la fin de se­maine! D’autres se chargent de nour­rir les porcs et les poules et de net­toyer les bâ­ti­ments. Je suis très fier de nos étu­diants. Ils m’ins­pirent et me donnent confiance en l’ave­nir », lance-t-il.

Paul Mel­drum avec une des belles vaches de la ferme. Cet éta­blis­se­ment, fier membre d’Agro­pur et nou­vel­le­ment lau­réat du prix Va­lac­ta pour l’ex­cel­lence de son trou­peau, a éga­le­ment rem­por­té plu­sieurs ré­com­penses pour la qua­li­té de son lait. La pro­duc­tion moyenne d’une vache à la ferme du Cam­pus Mac­do­nald est de 12 200 kg de lait par an­née, alors qu’elle est de 9 700 kg en moyenne au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.