Nous de­vons mieux in­for­mer les consom­ma­teurs sur la pro­duc­tion des grains

La Terre de chez nous - - DES NOUVELLES DE L'UPA OPINION - CHRIS­TIAN OVERBEEK Pré­sident des Pro­duc­teurs de grains du Qué­bec

Au cours de la der­nière an­née, les Pro­duc­teurs de grains du Qué­bec (PGQ) ont tra­vaillé à la créa­tion d’une toute pre­mière cam­pagne de pro­mo­tion s’adres­sant aux consom­ma­teurs, qui se­ra lan­cée lors de notre as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle les 28 et 29 mars à Drum­mond­ville, avant d’être dif­fu­sée au grand pu­blic dans les jours sui­vants.

Les nom­breux re­por­tages et ar­ticles qui ont mar­qué l’ac­tua­li­té des ré­cents mois dé­montrent qu’il est pri­mor­dial que nous in­for­mions da­van­tage les consom­ma­teurs sur la réa­li­té de l’agri­cul­ture contem­po­raine. C’est pour­quoi les PGQ jugent es­sen­tiel d’in­ves­tir dans une cam­pagne vi­sant à faire con­naître et à mettre en va­leur les grains du Qué­bec. Cette dé­marche a aus­si pour but de sen­si­bi­li­ser la po­pu­la­tion sur les bien­faits des pro­duits culti­vés ici. En ef­fet, rap­pe­lons que la pro­duc­tion de grains re­pré­sente une source d’ali­men­ta­tion hu­maine et ani­male d’une grande va­leur nu­tri­tive, qu’elle est un maillon in­dis­pen­sable de l’in­dus­trie bio­ali­men­taire et qu’elle contri­bue à l’es­sor de l’éco­no­mie du Qué­bec.

Nous com­pre­nons tout à fait les pré­oc­cu­pa­tions des consom­ma­teurs. Ces der­nières re­joignent d’ailleurs celles des pro­duc­teurs de grains qui ont bien évi­dem­ment à coeur leur san­té, celle de leurs proches et de la po­pu­la­tion. Le même constat peut être fait à l’égard de l’en­vi­ron­ne­ment. Les terres du Qué­bec ne sont pas uni­que­ment un pa­tri­moine in­es­ti­mable pour la so­cié­té, elles sont aus­si le plus pré­cieux ou­til des pro­duc­teurs de grains.

Il faut dire que le dis­cours am­biant éva­cue en­tiè­re­ment le fait que des pro­grès no­tables ont été réa­li­sés dans les der­nières dé­cen­nies pour amé­lio­rer les pra­tiques agri­coles. Il est clair que ce tra­vail doit se pour­suivre, mais les gou­ver­ne­ments de­vront in­ves­tir mas­si­ve­ment dans le dé­ve­lop­pe­ment de pra­tiques du­rables plus pous­sées de ges­tion des cultures si des chan­ge­ments si­gni­fi­ca­tifs aux modes de pro­duc­tion nord-amé­ri­cains sont sou­hai­tés.

La fi­lière des grains est com­po­sée de di­vers ac­teurs dont les pro­duc­teurs et les consom­ma­teurs sont des par­ties in­dis­so­ciables. La confiance est à la base du lien fon­da­men­tal qui les unit. À cet égard, il se­rait sou­hai­table que cer­taines pistes de tra­vail re­com­man­dées par la Po­li­tique bio­ali­men­taire 2018-2025 du gou­ver­ne­ment mènent ra­pi­de­ment à des ac­tions concrètes. En ef­fet, l’idée de ren­for­cer le dia­logue et d’ac­croître l’in­for­ma­tion trans­mise au pu­blic s’avère plus que ja­mais né­ces­saire, tant pour en­tre­te­nir ce lien que pour main­te­nir un dé­bat construc­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.