Au­jourd’hui, ça sent le prin­temps dans mon coeur

La Terre de chez nous - - JEUX MA PASSION AGRICOLE SUDOKU - SAN­DRA CAR­PEN­TIER Agri­mom

Il fait so­leil et la pe­tite ligne rouge de mon ther­mo­mètre s’ap­proche du zé­ro. J’ai en­vie de man­ger un bon ham­bur­ger d’agneau sur le BBQ, je me sens de bonne humeur et j’ai même le goût d’ou­vrir une fe­nêtre pour chan­ger l’air de la mai­son.

Ç’a été un rude hi­ver. En ce qui concerne la mé­téo bien sûr, mais cô­té mal­chance aus­si. Je suis prête à dire au re­voir à cette sai­son que nor­ma­le­ment j’aime bien et à chan­ger d’humeur avec le prin­temps.

Le so­leil qui se couche plus tard, l’eau qui fond dans la rue, mon pe­tit man­teau lé­ger rose bon­bon, l’odeur de l’eau d’érable en ébul­li­tion, le tra­di­tion­nel re­pas de ca­bane, la pré­pa­ra­tion des se­mis in­té­rieurs, sans ou­blier la bras­sée éten­due sur la corde. Ouais... Dé­fi­ni­ti­ve­ment, tout ça me parle!

J’aime tel­le­ment l’odeur de la terre qui dé­gèle! C’est un beau sou­ve­nir, aus­si clair qu’une pho­to. Chaque fois qu’elle me re­vient au nez, je me re­vois à l’âge de sept ans avec mon ki­wi vert et mauve en train d’écou­ter le ruisseau dé­chaî­né par la fonte des neiges et de me sen­tir bien. Dé­jà à cet âge, la beau­té de la na­ture m’apai­sait et m’en­voû­tait. C’est comme la chan­son La langue de

chez nous, un autre sou­ve­nir de cette époque. Au­jourd’hui, chaque fois que je l’écoute, je me re­vois as­sise sur les balles rondes à re­gar­der le foin pous­ser par une belle jour­née de mai. Les pay­sages de ma ré­gion offrent le plus beau spec­tacle et m’émer­veillent jour après jour.

Je me consi­dère tel­le­ment chan­ceuse de vivre dans ma belle Mau­ri­cie! J’ai la chance de pou­voir pro­fi­ter in­ten­sé­ment de chaque sai­son et d’avoir droit à une di­ver­si­té in­croyable de pay­sages. Cours d’eau, forêts, mon­tagnes, champs, tout y est. Chaque sai­son met chaque pay­sage en va­leur. J’aime l’hi­ver pour la pu­re­té, le prin­temps pour le re­nou­veau, l’été pour sa vi­va­ci­té et l’au­tomne pour le re­tour aux sources.

J’ai com­men­cé ce texte par une jour­née qui fai­sait rê­ver au prin­temps et je le peau­fine un len­de­main de tem­pête! Comme quoi on a beau rê­ver, mais dame Na­ture nous ra­mène vite sur terre en nous fai­sant com­prendre qu’elle seule a le der­nier mot.

Je vous sou­haite donc une fin d’hi­ver en dou­ceur, rem­plie de doux mo­ments en fa­mille et un dé­but de prin­temps ex­plo­sif et éner­gique, qui vous ré­chauf­fe­ra au­tant les mains que le coeur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.