Les mil­lé­na­riaux, vé­gé et bio!

La Terre de chez nous - - LA UNE - MAR­TIN PRIMEAU mpri­[email protected] la­terre.ca

Les 18-35 ans sont plus sen­sibles aux chan­ge­ments cli­ma­tiques et aux ques­tions éthiques que leurs pré­dé­ces­seurs. Pour les sé­duire, les pro­duc­teurs doivent ajus­ter leurs stra­té­gies.

Ils pré­fèrent les pro­téines vé­gé­tales, mangent bio et fa­vo­risent l’achat lo­cal. Les mil­lé­na­riaux, ces jeunes es de 18 à 35 ans, prennent pro­gres­si­ve­ment leur place dans le monde de la consom­ma­tion et bous­culent les pra­tiques dé­jà éta­blies. Quel im­pact au­ront-ils sur le sec­teur agricole? La Terre s’est pen­chée sur la ques­tion. ues­tion.

Joanne Labrecque est pro­fes­seure en mar­ke­ting à HEC Mon­tréal. Chaque jour, elle voit dé­fi­ler des di­zaines d’étu­diants dans ses classes. Ceux qu’elle cô­toie de­puis quelques an­nées se dé­marquent net­te­ment de leurs pré­dé­ces­seurs tant par leur fa­çon de vivre que leurs va­leurs. « Ces jeunes-là ont gran­di avec l’idée qu’ils al­laient vivre les chan­ge­ments cli­ma­tiques, dit-elle. Ils ont aus­si dé­ve­lop­pé une grande sen­si­bi­li­té aux ques­tions de bien-être ani­mal et d’éthique, entre autres à cause des do­cu­men­taires qu’ils ont vus sur Net­flix. »

Pareil contexte a for­gé chez eux un sys­tème de va­leurs qui se dis­tingue de ce­lui des gé­né­ra­tions qui les ont pré­cé­dés. Les jeunes de 18 à 35 ans consi­dèrent no­tam­ment l’im­pact qu’ont les éle­vages sur l’en­vi­ron­ne­ment. Et ça se vé­ri­fie sur le ter­rain. Se­lon les ré­sul­tats d’un son­dage Lé­ger pré­pa­ré pour le mi­nis­tère qué­bé­cois de l’Agriculture et pu­blié en 2017, 44 % des mil­lé­na­riaux disent ache­ter des pro­téines vé­gé­tales (soya, to­fu, lé­gu­mi­neuses) au moins une fois aux deux se­maines. Chez les plus âgés, cette pro­por­tion s’établit à 32 %.

Des chiffres plus ré­cents pré­sen­tés par Niel­sen à l’oc­ca­sion de l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle des Pro­duc­teurs de pommes du Qué­bec en fé­vrier der­nier dé­montrent la même ten­dance à l’échelle du pays. Ain­si, 19 % des mil­lé­na­riaux ca­na­diens af­firment être vé­gé­ta­riens contre 11 % dans le reste de la po­pu­la­tion. La même pro­por­tion (11 %) dit ex­clure tout pro­duit d’ori­gine ani­male de son alimentation alors que cette pra­tique, le vé­gé­ta­lisme, n’est ré­pan­due que chez 5 % des Ca­na­diens. « Il faut aus­si ajou­ter à cette liste tous ceux qui ont adop­té le flexi­ta­risme [NDLR se­mi-vé­gé­ta­risme] », in­dique pour sa part Mme Labrecque, sou­li­gnant que cette ap­proche ali­men­taire est très po­pu­laire chez les plus jeunes.

Voi­là pour la pro­pen­sion aux pro­téines vé­gé­tales. Mais ce n’est pas tout. Les mil­lé­na­riaux se dé­marquent éga­le­ment ment par leur in­té­rêt pour les pro­duits bio, o, entre autres. Se­lon les ré­sul­tats de l’en­quête quête de Lé­ger, 32 % d’entre eux consomment mment à l’oc­ca­sion des ali­ments bio­lo­giques ues alors que cette pro­por­tion se si­tue à 23,5 5 % dans le reste de la po­pu­la­tion qué­bé­coise. ise « Ils sont aus­si tour­nés vers l’achat lo­cal, ajoute Mme Labrecque, parce que c’est per­çu comme ga­rant d’une meilleure qua­li­té. »

Des ten­dances lourdes

L’ar­ri­vée de ces nou­veaux consom­ma­teurs sur le mar­ché n’est pas à prendre à la lé­gère, se­lon les spé­cia­listes consul­tés par La Terre. « Ce sont des ten­dances lourdes », ex­plique Francine Ro­dier, pro­fes­seure de mar­ke­ting spé­cia­li­sée en alimentation à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal. « Ces com­por­te­ments vont seule­ment s’ac­cen­tuer avec le temps », ajoute-t-elle.

Se­lon Mme Ro­dier, les en­tre­prises et les sec­teurs ali­men­taires qui ti­re­ront leur épingle du jeu sont ceux qui adop­te­ront et mettront de l’avant les mêmes va­leurs que celles de leurs clients. « Mais at­ten­tion, dit-elle, il faudra vrai­ment les in­car­ner. Si on tra­hit leurs va­leurs, les mil­lé­na­riaux dé­sertent. »

« C’est une gé­né­ra­tion qui met de la pres­sion pour que les en­tre­prises prennent leurs res­pon­sa­bi­li­tés. Ça vaut pour la tra­ça­bi­li­té des ali­ments, mais aus­si pour la ré­duc­tion de l’em­bal­lage et du gaspillage ali­men­taire. » – JoAnne Labrecque

JoAnne Labrecque

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.