Comment trai­ter les bles­sures aux trayons

La Terre de chez nous - - LA PAGE CONSEILS - DR SYL­VAIN NICHOLS, MÉ­DE­CIN VÉ­TÉ­RI­NAIRE Pro­fes­seur agré­gé à la Fa­cul­té de mé­de­cine vé­té­ri­naire de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal

Les la­cé­ra­tions ob­ser­vées sur les trayons des vaches lai­tières prennent sou­vent des al­lures dra­ma­tiques. Tou­te­fois, le pro­nos­tic du re­tour à une fonc­tion nor­male est bon si la bles­sure est trai­tée ra­pi­de­ment. À la ferme, après avoir avi­sé le vé­té­ri­naire du pro­blème, on amorce les soins en rin­çant abon­dam­ment la lé­sion à l’eau froide et en la pro­té­geant des conta­mi­nants de l’en­vi­ron­ne­ment, par exemple en ap­pli­quant un ban­dage tem­po­raire ou en dé­pla­çant l’ani­mal dans une stalle ou un en­clos propres. Le vé­té­ri­naire dé­ci­de­ra de la suite des choses : soi­gner l’ani­mal à la ferme ou au Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire vé­té­ri­naire (CHUV), ou envisager l’am­pu­ta­tion.

Les options

Les bles­sures du bout du trayon sont par­fois dif­fi­ciles à dé­tec­ter avant d’avoir mis en place la trayeuse. Le dé­bit du lait se­ra alors nul ou ab­sent. L’exa­men du trayon ré­vé­le­ra qu’il est plus ferme au pour­tour du ca­nal. Du sang pour­ra aus­si être pré­sent à la ron­delle. Une ca­nule peut être in­sé­rée dé­li­ca­te­ment. La fa­ci­li­té d’in­ser­tion et la lon­gueur in­sé­rée avant l’ob­ten­tion de lait sont des élé­ments in­té­res­sants à connaître afin de pré­ci­ser le diag­nos­tic. Si l’in­ser­tion est fa­cile et que le lait s’écoule bien, une pé­riode de repos du trayon doit être en­ta­mée. Une fois le quar­tier vide, une mèche de si­li­cone est in­tro­duite dans le ca­nal. Il faut évi­ter à tout prix les mèches trau­ma­tiques du type Dr Nay­lor. La fré­quence de la traite à la ca­nule est dé­ter­mi­née se­lon le stade de lac­ta­tion de la vache. Le quar­tier pro­blé­ma­tique peut être trait tous les trois jours si la bête le tolère bien. Après un repos de six à neuf jours, la traite mé­ca­nique peut re­com­men­cer. Si tout va bien, le tour est joué. Si le dé­bit est tou­jours faible, mieux vaut contac­ter son vé­té­ri­naire. Une in­ves­ti­ga­tion ap­pro­fon­die se­ra né­ces­saire afin de pré­ci­ser la na­ture du pro­blème.

Lors de la ma­ni­pu­la­tion des trayons, la pro­pre­té est es­sen­tielle : dans tous les cas, une mam­mite di­mi­nue si­gni­fi­ca­ti­ve­ment les chances de suc­cès d’un re­tour en lac­ta­tion d’un trayon bles­sé.

Une cou­pure trans­ver­sale ou plus près de la base du trayon au­ra un pro­nos­tic plus sombre qu’une lé­sion lon­gi­tu­di­nale ou au mi­lieu du trayon.

Les bles­sures aux trayons sur­viennent le plus sou­vent quand la vache se lève.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.