La Gas­pé­sie de Lau­rence Jal­bert

La Terre de chez nous - - LA UNE - MAU­RICE GA­GNON Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

GAS­PÉ — Elle a beau se trou­ver bien pe­tite de­vant l’im­men­si­té de l’océan, l’au­teure-com­po­si­teure-in­ter­prète Lau­rence Jal­bert a le coeur as­sez grand pour y ac­cueillir toute l’eau qu’il contient. Née à Ri­vière-au-Re­nard, un vil­lage à l’ex­tré­mi­té est de la pé­nin­sule gas­pé­sienne, elle est l’une des chan­teuses les plus ai­mées et ai­mantes du Québec.

Cet amour, on le res­sent aus­si­tôt qu’elle parle de cet en­droit qu’elle a quit­té à 15 ans pour étu­dier et faire de la mu­sique. « Dès mes pre­mières chan­sons, j’ai com­men­cé à écrire ce qu’était la Gas­pé­sie. La force de ce que j’ai vu, les ro­chers ba­layés par la mer, par l’eau sa­lée, m’ont ap­pris com­ment les épreuves nous fa­çonnent, com­ment les vents de la vie peuvent nous for­ger », dit-elle. Ce grand spec­tacle au­quel la pe­tite Lau­rence as­sis­tait, as­sise sur le banc de sable les ma­tins d’été, était dé­jà une leçon de vie pour elle.

So­lide comme le Ro­cher Per­cé

« Je sais dans mon for in­té­rieur que si j’étais ve­nue au monde ailleurs que dans ma Gas­pé­sie, je n’au­rais pas cette so­li­di­té-là », avoue-t-elle. Pour as­sis­ter à ses cours de mu­sique à Ri­mous­ki, elle de­vait par­cou­rir quatre heures de route. Faire de longues dis­tances per­met de com­prendre l’im­por­tance des choses. « Grâce à ça, je sais à quel point c’est pré­cieux quand quel­qu’un me prend dans ses bras. Ja­mais je ne tien­drai ça pour ac­quis », lance-t-elle sans am­bages. Il faut tou­jours re­don­ner ce que la vie nous offre, croit-elle.

À quelques mois de ses 60 ans, l’ar­tiste tra­vaille à deux pro­jets d’al­bums et à l’écri­ture d’un deuxième livre. Elle mène aus­si sa ca­ra­vane coun­try à tra­vers le Québec, l’été, de­puis trois ans, en plus de ses propres spec­tacles et de ses confé­rences. Dans son dic­tion­naire, le verbe « créer » se trouve à la place du mot « retraite ».

Les nom­breux pro­jets qui animent Lau­rence Jal­bert l’em­pêchent de re­tour­ner au­tant qu’elle le vou­drait dans sa mai­son du parc na­tio­nal de Fo­rillon. Son gar­çon et sa fille y vont plus sou­vent. « Mes en­fants sont so­lides, forts et droits », ajoute avec fier­té cette ma­man, is­sue d’une fa­mille res­pec­tueuse, rem­plie d’amour et de gé­né­ro­si­té, et éga­le­ment grand-ma­man de six pe­tits-en­fants.

Lau­rence Jal­bert croit que la Gas­pé­sie in­fluence sa créa­tion par ses couleurs, ses odeurs et la puis­sance de la na­ture. « Mes meilleurs amis, An­nie Blanchard et Maxime Lan­dry, pro­viennent eux aus­si de pe­tits vil­lages. Nos sou­ve­nirs et nos va­leurs sont les mêmes. Quand on vient des ré­gions, on a dé­jà une fe­nêtre ou­verte sur le coeur », conclut-elle.

« La confiance est l’une des va­leurs les plus im­por­tantes dans ma vie. Ça fait par­tie de la ca­té­go­rie Amour. »

La gran­deur de l’océan est une source d’ins­pi­ra­tion pour Lau­rence Jal­bert.

Lau­rence Jal­bert et son grand ami Maxime Lan­dry à Cap-des-Ro­siers dans le parc na­tio­nal de Fo­rillon.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.